Cet article date de plus de sept ans.

Orange et SFR attaqués par des concurrents qui leur réclament 1,4 milliard d'euros

Les deux leaders du secteur sont accusés de pratiques anticoncurrentielles par des opérateurs concurrents. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des factures émises par les opérateurs de téléphonie mobile SFR et Orange, leaders dans le secteur, et attaqués par leurs concurrents pour "pratiques anticoncurrentielles", a rapporté "L'Expansion", mardi 6 août 2013. (STÉPHANE OUZOUNOFF / PHOTONONSTOP / AFP)

Orange et SFR vont-ils devoir répondre d'éventuelles pratiques anticoncurrentielles devant le tribunal de commerce de Paris. C'est ce qu'indique L'Expansion, mardi 6 août. Le site internet du magazine économique rapporte que plusieurs opérateurs de téléphonie mobile, dont Bouygues Telecom, ont déposé des recours contre les deux leaders du secteur. Ils leur réclament plus de 1,4 milliard d'euros : 790 millions d'euros à Orange et 650 millions à SFR.

Les quatre plaignants, Bouygues Telecom, Omea Telecom, la maison-mère de Virgin Mobile, Euro-Information Telecom (NRJ Mobile) et Outremer Telecom (Only), s'appuient sur une décision rendue par l'Autorité de la concurrence en décembre, explique le site du magazine économique. A l'époque, le gendarme de la concurrence avait sanctionné l'opérateur historique et la filiale de Vivendi pour des offres commercialisées entre 2005 et 2008, qui donnaient la possibilité à leurs abonnés d'appeler en illimité ceux appartenant au même réseau.

L'Autorité avait estimé que ces offres avaient verrouillé le marché en incitant notamment des personnes proches à se regrouper auprès d'un même opérateur. Des offres qui avaient pu nuire au concurrent Bouygues Telecom, contraint de riposter en lançant des offres illimitées, y compris pour des appels vers des abonnés d'un réseau concurrent. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Entreprises

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.