Cet article date de plus de huit ans.

Adecco veut supprimer 530 postes en France

Adecco annonce la réunion sous une seule marque de ses deux réseaux dans ce pays et un "plan de départs volontaires sans licenciement" de 530 postes sur 6 300.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le groupe suisse Adecco, numéro un mondial du travail temporaire, emploie 6 300 personnes en France. (FRANCOIS GUILLOT / AFP)

Le numéro un mondial du travail intérimaire Adecco envisage de supprimer 530 postes en France, sur un total d'environ 6 300, dans le cadre de la réunion sous une seule marque, annoncée jeudi 1er mars, de ses deux réseaux dans l'Hexagone, Adecco et Adia.

Le projet de rapprochement a été présenté aux représentants du personnel et "530 équivalents temps plein seraient concernés", selon un communiqué d'Adecco France. Il s'agit d'un "plan de départs volontaires sans licenciement", précise à l'AFP Sarah-Pearl Bokobza, directrice relations médias d'Adecco France.

Pas de calendrier prévu pour l'instant

"Le groupe prend l'engagement de conduire cette transformation en recherchant les meilleures solutions par un véritable dialogue social", assure le groupe dans son communiqué. Il n'y a pas de calendrier prévu pour l'instant, mais "on aimerait obtenir une réponse en septembre" des représentants du personnel, a encore indiqué Sarah-Pearl Bokobza.

Le groupe souhaite réunir ses deux réseaux en France, Adecco et Adia, sous la seule marque Adecco, afin de "préserver la compétitivité du groupe sur le marché de l'intérim et du recrutement généraliste, pour assurer durablement sa performance et sa qualité de service, dans un environnement économique instable", explique-t-il.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.