Le groupe Go Sport est placé en redressement judiciaire

Créée dans les années 1980, la marque emploie plus de 2 000 employés. Elle pourrait subir le même sort que Camaïeu, propriété du même fonds d'investissement.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une vitrine Go Sport à Melesse (Ille-et-Vilaine), le 16 janvier 2023. (DAMIEN MEYER / AFP)

Le distributeur d'articles sportifs Go Sport a été placé en redressement judiciaire. Dans un communiqué publié jeudi 19 janvier, le parquet de Grenoble explique que le tribunal de commerce "a constaté l'état de cessation des paiements de la société Groupe Go Sport et a ouvert une procédure en redressement judiciaire". Et de préciser que "la société Go Sport France n'est pas déclarée en cessation des paiements, mais sa situation sera impactée par celle de sa société-mère".

Les 2 160 salariés en France de Go Sports attendaient anxieusement cette décision de justice, laquelle cherchait à vérifier la viabilité financière de la chaîne, quelques semaines après la liquidation de Camaïeu, qui appartenait au même groupe HPB, un fonds d'investissement de l'homme d'affaires bordelais Michel Ohayon. A ce placement en redressement judiciaire s'ajoute par ailleurs une enquête préliminaire pour "abus de bien social".

Un membre du comité social d'entreprise craint toutefois que "le redressement judiciaire de Groupe Go Sport n'entraîne le redressement judiciaire de Go Sport France". Un syndicaliste de la CGT interrogé par l'AFP confirme : "Les magasins du réseau intégré vendent les produits issus de la centrale d'achat au siège du groupe. Si ce dernier n'est plus en mesure de payer les fournisseurs, comment les magasins seront-ils approvisionnés ?"

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Entreprises

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.