Cet article date de plus de huit ans.

La voiture sans conducteur de Nissan sur le marché "en 2020"

Carlos Ghosn, le PDG de Renault-Nissan, a indiqué mardi que le constructeur japonais est "en bonne voie pour y parvenir".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.

Au tour de Nissan de se lancer sur le créneau des voitures sans conducteur. Le constructeur japonais a annoncé, mardi 27 août, qu'il prévoyait de lancer ses premiers modèles intégralement gérés par ordinateur dès 2020. "Je m'engage à présenter la voiture autonome, une révolution technologique, dès 2020 et nous sommes en bonne voie pour y parvenir", a indiqué Carlos Ghosn, le PDG de Renault-Nissan.

Pour l'instant, le groupe travaille à étendre son système de caméras et de capteurs qui permet déjà au conducteur d'éviter les collisions et l'aide à se garer. Nissan est également en train de construire au Japon un circuit pour tester sa voiture. Le parcours "comprendra un vrai paysage de ville avec des bâtiments en dur et non des décors. Il va permettre de repousser les limites des essais automobiles sur les routes et de s'assurer que la technologie est sûre", explique encore le groupe.

Toujours rien chez les constructeurs français

Une annonce qui met un peu plus la France à la remorque de ce nouveau segment. En effet, la France peine à embrayer, même si des initiatives existent. A défaut de projets notables chez Renault ou PSA, le Comité des constructeurs français d'automobiles évoque des travaux menés de longue date par l'Institut national de recherche en informatique et en automatique ou encore par le Laboratoire sur les interactions véhicule-infrastructure-conducteur.

Le projet le plus abouti est celui de Navia, une navette sans conducteur développée par une start-up francilienne. En mars dernier, elle a été testée avec succès dans le centre-ville de Lyon. Les piétons sont libres de traverser devant, en toute sécurité.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Entreprises

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.