Israël : Ikea retire les femmes d'un catalogue destiné aux juifs ultra-orthodoxes

Cette version est bien différente de la version israélienne classique, car aucune femme ni fillette n'apparaît dans ses pages.

Une capture d\'écran du catalogue Ikea à destination de la communauté ultra-orthodoxe en Israël.
Une capture d'écran du catalogue Ikea à destination de la communauté ultra-orthodoxe en Israël. (IKEA)

Une curieuse version du catalogue Ikea est apparue en Israël, à destination de la communauté juive ultra-orthodoxe (ou haredim). Plusieurs observateurs ont en effet souligné l'absence totale de femmes et de fillettes dans les photographies de présentation. Cité par Libération, le quotidien israélien Yediot Aharonot (article en anglais) évoque ainsi "un monde imaginaire où des garçons sont élevés dans une société uniquement masculine".

Un texte d'accompagnement d'un bureau invite à "profiter de la convivialité familiale", ce qui plonge le quotidien israélien dans la perplexité, en l'absence de femmes dans cet univers reproduit sur papier glacé. Le catalogue israélien classique, lui, est bien différent de la version destinée à la communauté haredim, qui représente 11% de la population du pays, soit quelque 930 000 habitants. Les haredim observent une stricte séparation entre les hommes et les femmes, et estiment que les photos de femmes peuvent "pervertir" les hommes.

Capture d\'écran de la version classique du catalogue Ikea en Israël.
Capture d'écran de la version classique du catalogue Ikea en Israël. (IKEA)

Ikea présente ses excuses

"Nous nous rendons compte que les gens sont contrariés, et que la publication n'est pas fidèle aux principes d'Ikea, ce que nous regrettons, a commenté Shuky Koblenz, responsable des ventes dans le pays, cité par l'agence Religion News Service (article en anglais). Nous veillerons à ce que les futures publications reflètent les principes d'Ikea, tout en témoignant du respect pour la communauté haredim."

Ce catalogue à destination des ultra-orthodoxes a suscité de nombreuses réactions courroucées, notamment sur les réseaux sociaux. "Je ne savais pas qu’il y avait des familles monoparentales dans la communauté haredim également", réagit par exemple une personne citée par Times of Israel. Le quotidien rappelle qu'il existe trois magasins Ikea dans le pays.

En 2012, Ikea avait également créé la polémique en effaçant des femmes d'un catalogue destiné à l'Arabie saoudite, comme l'expliquait Libération à l'époque. Là encore, les femmes avaient été évincées des photos pour des motifs religieux.