Ikea : l'enseigne suédoise a-t-elle espionné ses salariés ?

Ikea aurait eu pour habitude de consulter les casiers judiciaires de ses recrues. Le parquet de Versailles (Yvelines) a décidé de renvoyer plusieurs personnes liées aux pratiques du géant du meuble suédois en correctionnelle.

FRANCE 3

Ikea est l'une des enseignes préférées des Français. Pourtant, des salariés accusent leur entreprise d'espionnage. Certains employés auraient fait l'objet d'une surveillance. En 2012, Le Canard enchaîné et Mediapart sortent l'affaire. D'anciens cadres auraient fait appel à des officines privées. Certains policiers leur auraient même ouvert leurs fichiers. "J'ai besoin de connaître l'état de son casier et surtout son train de vie", est-il écrit dans un document trouvé.

En attente de la décision de la juge d'instruction

Ce mercredi 14 mars, le journal Le Monde le révèle : le parquet de Versailles (Yvelines) demande le renvoi en correctionnelle d'Ikea de deux anciens patrons et de cinq policiers. Car Ikea France aurait bien instauré "un système [...] à grande échelle pour se renseigner sur des candidats à l'embauche et sur certains salariés". L'entreprise dit avoir pris des mesures pour que ces pratiques ne se reproduisent plus. La juge d'instruction dira dans plusieurs mois si elle suit les recommandations du parquet.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une grande surface Ikea à Stockholm (Suède).
Une grande surface Ikea à Stockholm (Suède). (JONATHAN NACKSTRAND / AFP)