Crise au "Monde" : vers un bras de fer entre les actionnaires et les journalistes

Les actionnaires du quotidien maintiennent la candidature de Jérôme Fenoglio au poste de directeur, jeudi 14 mai, alors que pourtant, ce nom n'a pas recueilli le nombre de voix nécessaire, la veille.

Jerôme Fenoglio, directeur des rédactions du Monde, le 11 mai 2015, à Paris.
Jerôme Fenoglio, directeur des rédactions du Monde, le 11 mai 2015, à Paris. (BERTRAND GUAY / AFP)

Bras de fer en perspective. Les actionnaires du Monde maintiennent la candidature de Jérôme Fenoglio au poste de directeur, jeudi 14 mai, alors que ce nom a pourtant été rejeté la veille par les journalistes, faute d'un nombre suffisant de voix. Mercredi, le directeur des rédactions du Monde a recueilli 55% des voix de la rédaction, alors qu'il en fallait 60%.

La première grande crise du journal depuis 2010

"Ce clash constitue la première vraie crise du journal depuis l'arrivée, en 2010, des nouveaux actionnaires", Pierre Bergé, Xavier Niel et Matthieu Pigasse, a constaté le président de la société des rédacteurs, Alain Beuve-Méry. Mi-avril, les trois hommes avaient écarté les trois candidatures déclarées à la direction du journal, en retenant plutôt le nom de Jérôme Fenoglio, qui n'était pas candidat.

"La dépression nerveuse de la rédaction est certainement liée à l'impression qu'on ne respecte pas ce qu'elle est, ni les règles du jeu qui avaient été décidées", explique un journaliste, cité par l'AFP.

Le directeur par interim Gilles van Kote démissionne

Par ailleurs, le directeur par intérim du Monde Gilles van Kote a annoncé sa démission, dans un message adressé à la rédaction. "'La décision'" des actionnaires du journal "de ne pas retenir ma candidature au poste de directeur, puis le vote de la Société des rédacteurs du Monde mercredi qui a conduit au rejet de la candidature de Jérôme Fenoglio, que je soutenais, me conduisent (...) à démissionner de ma fonction de directeur du journal, membre du directoire du groupe Le Monde."