Cet article date de plus de huit ans.

Amazon devrait créer 1 000 emplois en Bourgogne

Le groupe a publié des offres d'emploi pour sa future plate-forme logistique, la troisième en France, qui pourrait s'installer à Chalon-sur-Saône ou à Beaune.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des employés d'Amazon le 4 septembre 2000 à Boigny-sur-Bionne (Loiret), dans un entrepôt de stockage du groupe. (ALAIN JOCARD / AFP)

Bonne nouvelle pour l'emploi en Saône-et-Loire : le groupe Amazon a commencé son recrutement pour sa prochaine plate-forme logistique, la troisième en France, et celle-ci pourrait générer un millier d'emplois.  

Le groupe possède déjà deux plates-formes de ce type en France, à Orléans (Loiret) et Montélimar (Drôme). L'annonce de cette ouverture et de cette campagne de recrutement massif tranche avec les menaces ambiantes de plans de licenciement. La Fnac, concurrent direct d'Amazon, a notamment annoncé récemment un plan de licenciement de 500 personnes.

Chalon-sur-Saône ou Beaune

C'est le Journal de Saône-et-Loire qui a donné l'information, confirmée vendredi 1er juin par une source proche du dossier à l'AFP. Amazon France ne l'a pas confirmé officiellement, mais des offres d'emploi sont déjà consultables en ligne. "Amazon ouvre cette année un 3eme site en France sur la région Bourgogne ! Après une période de formation sur le site de Montélimar, le/la candidat(e) retenu(e) prendra ses responsabilités sur ce nouveau site", précise ainsi une offre de poste d'acheteur consultable sur cadreemploi.fr.

"En pleine négociation", le groupe américain hésiterait entre deux localités bourguignonnes, Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) et Beaune (Côte-d'Or), selon une seconde source proche du dossier interrogée par l'AFP. Une rencontre était prévue vendredi entre la direction d'Amazon et le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg, selon Europe 1, ce qu'Amazon France et le ministère se refusent à confirmer.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.