INFO FRANCEINFO. Corruption chez Alstom : un ancien cadre témoigne

Pour la première fois, un ex-dirigeant d’Alstom témoigne sur des pratiques "favorisées, connues et généralisées" au sein de l’entreprise. Et dénonce le sort réservé à un ancien salarié, en prison aux Etats-Unis, "sacrifié" par Alstom.

Le site d\'Alstom à Belfort en octobre 2016.
Le site d'Alstom à Belfort en octobre 2016. (SEBASTIEN BOZON / AFP)

En 2014, Alstom a été condamné à une amende record de 772 millions de dollars par la justice américaine pour des faits de corruption. Si aucun haut dirigeant n’a été inquiété, un ancien cadre est, lui, toujours derrière les barreaux : Frédéric Pierucci.

Un de ses anciens confrères, lui même ex-cadre d'Alstom, témoigne pour franceinfo, vendredi 19 janvier. Il s'agit de Pierre Laporte, qui de 2012 à 2015 a été directeur juridique d’Alstom Grid, la branche du groupe spécialisée dans le transport d’électricité. Il dénonce le sort réservé à Frédéric Pierucci.

Frédéric Pierucci paye pour des pratiques qui ont été favorisées, connues et généralisées au sein de l’entreprise. Il a été sacrifié par ses patrons pour qu’ils puissent, eux, rester en liberté.Pierre Laporte, ancien cadre d'Alstomà franceinfo

"Il paye pour les autres, dénonce Pierre Laporte. Les dirigeants d’Alstom ont négocié leur liberté contre celle de l’un des leurs. C’est une situation inadmissible et choquante." Selon lui, "l’immunité des dirigeants d’Alstom [dont le PDG du groupe Patrick Kron et le directeur financier] a été négociée avec la justice américaine. Tout comme l’interdiction d’aider ou de coopérer avec ceux qui faisaient déjà l’objet des sanctions. Le prix humain est extrêmement élevé."

Pierre Laporte souhaite l’intervention des pouvoirs publics français, au plus haut niveau, pour aider à ce que le transfèrement de Frédéric Pierucci en France "puisse avoir lieu le plus rapidement possible, pour qu’il purge sa peine dans des conditions acceptables, proche de sa famille."

Le député Les Républicains Olivier Marleix, président de la commission d’enquête sur la politique industrielle de l’Etat, vient d’écrire au président de la République Emmanuel Macron pour lui demander le transfèrement de Frédéric Pierucci sur le sol français.

Un "lampiste" arrêté à New York en 2013

Le 13 avril 2013, Frédéric Pierucci, alors vice-président monde de la division chaudières d'Alstom, est arrêté à l’aéroport de New York. Il passe 14 mois dans une prison de haute-sécurité puis plaide coupable, sans mettre en cause ses responsables. Il est licencié par la direction d’Alstom pour "abandon de poste". Puis Alstom décide à son tour de plaider coupable et accepte de négocier une amende avec la justice américaine. Dans le même temps, la branche énergie du groupe est rachetée par l’américain General Electric.  

\"Alstom plaide coupable\" : extrait du site internet du Département de la justice des Étast-Unis.
"Alstom plaide coupable" : extrait du site internet du Département de la justice des Étast-Unis. (FRANCEINFO)

Frédéric Pierucci reste le seul haut cadre d'Alstom incarcéré dans cette affaire. Libéré sous caution en juin 2014, il a de nouveau été emprisonné en septembre 2017, dans un établissement de Pennsylvanie, pour une période de 12 mois.

Un système de corruption généralisé

Au-delà du cas de Frédéric Pierucci, Pierre Laporte éclaire d'un jour nouveau les pratiques du groupe Alstom. "Ce qu’a identifié la justice américaine, avec l’assistance du FBI, c’est un système de corruption généralisé au sein du groupe Alstom, explique Pierre Laporte. En dépit des prétentions des dirigeants du groupe d’avoir mis en place un système de compliance ['conformité' en français] qui était en fait de pure façade, il existait un système corruptif consistant à utiliser des consultants dans de nombreux pays, via des sociétés de paiements installées en Suisse ou en Angleterre."

Il s’agissait de verser des pots de vins pour remporter des affaires commerciales.Pierre Laporte, ancien cadre d'Alstomà franceinfo

"C’est la raison pour laquelle la sanction américaine a été si sévère", affirme l'ancien cadre qui décrit les méthodes de la justice américaine contre la corruption. Des méthodes "agressives et, finalement, assez violentes" qui ressemblent selon Pierre Laporte à celles utilisées contre la mafia. "L’idée, c’est d’arriver à casser la logique de bande organisée, dit-il. Pour la justice américaine, la meilleure façon est d’avertir qu’on va sanctionner."

C'est ce qui est arrivé à Alstom qui a été averti plusieurs fois. "Ses dirigeants sont même allés aux États-Unis pour rencontrer le département de la justice, qui les a mis en demeure", poursuit Pierre Laporte.

Comme la direction d’Alstom a d’abord refusé de coopérer, la traque a été menée au niveau mondial.Pierre Laporte, ancien cadre d'Alstomà franceinfo

Les Américains ont fini par arrêter l’un des membres de la direction : "Ils l'ont emprisonné et mis sous pression pour obtenir des informations. C’est uniquement à partir de ce moment-là que la direction d’Alstom a commencé à coopérer", explique l'ancien cadre qui décrit une méthode très claire : "Après l’avertissement, on attrape l’un des membres du groupe qui connait le système pour terroriser les autres."

General Electric avait Alstom dans son viseur

De 1998 à 2005, Pierre Laporte a travaillé chez General Electric comme directeur juridique de la division médicale pour l’Europe, le Moyen-Orient, l’Afrique et l’Asie. Régulièrement en contact avec ses dirigeants, il affirme que General Electric avait dans son viseur les pratiques de corruption d’Alstom : "Je me rappelle de réunions de plusieurs dizaines de juristes qui commentaient la décision du tribunal italien sanctionnant un certain nombre d’entreprises, dont Alstom, dans une affaire de corruption. C’étaient des cas pratiques pour former les juristes chez General Electric !"

Les pratiques de corruption des différents concurrents du géant américain étaient évidemment bien connues. Alstom avait d’ailleurs fait l’objet d’une sanction par la Banque mondiale à la suite de son comportement en Zambie. "Tout était fait pour informer les autorités américaines de ces comportements et, le cas échéant, pouvoir racheter certaines divisions si l’opportunité se présentait, ajoute Pierre Laporte. Les Américains ont une politique de lutte contre la corruption qui est publique, systématique et extrêmement sévère."

Le problème est que les dirigeants des grands groupes européens, et de certaines sociétés françaises en particulier, comme Alstom, ainsi que nos dirigeants politiques, n’ont pas pris la mesure de ce risque.Pierre Laporte, ancien cadre d'Alstomà franceinfo

"Ils sont dans l’ignorance des méthodes américaines, poursuit Pierre Laporte. Or aujourd’hui, quand vous faites des affaires sur les marchés internationaux, il faut s’en prémunir."