Alstom : l'État pourrait acheter 16 rames TGV

Dans le plan de sauvetage de l'usine de Belfort, présenté officiellement mardi 4 octobre, l'État devrait lui même passer commande pour un demi-million d'euros d'argent public.

Voir la vidéo
France 2

Le gouvernement devrait annoncer demain, mardi 4 octobre, la commande de 16 rames TGV auprès du site Alstom de Belfort. Sur les lignes Intercités, remplacer les trains par des TGV flambant neuf, c'est l'idée du gouvernement. Un scénario inédit, car pour la première fois l'État commandera des TGV pour alimenter des lignes Intercités desservies normalement par les anciens Corail. Concrètement, les trains grande vitesse prévus pour rouler à 300 km/h devront ralentir, vitesse maximum 250 km/h.

16 TGV

Techniquement c'est possible, des rames TGV roulent déjà sur des petits tronçons de lignes Intercités, Bordeaux-Bayonne par exemple. Au total, l'État commandera 16 TGV, dont 32 motrices. Selon Le Figaro, ils pourraient alimenter dans un premier temps cette ligne Intercités Bordeaux-Toulouse-Marseille-Nice. Alors pourquoi utiliser l'un des trains les plus rapides au monde sur des lignes à vitesse limitée ? C'est parce que l'État n'est gestionnaire que des lignes Intercités.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un TGV de la SNCF dans le technicentre du Landy à Saint Denis le 12 avril 2016.
Un TGV de la SNCF dans le technicentre du Landy à Saint Denis le 12 avril 2016. (ERIC PIERMONT / AFP)