4 Vérités - Jadot (EELV) juge l'affaire Alstom comme "le bal des hypocrites"

Yannick Jadot est l'invité de Caroline Roux sur le plateau des 4 Vérités de France 2 ce mardi 13 septembre.

France 2

Le gouvernement annonce qu'il y aura un maintien de l'activité ferroviaire sur le site d'Alstom à Belfort. "C'est le bal des hypocrites ce dossier", estime Yannick Jadot dans les 4 Vérités ce mardi matin. "Alstom sait parfaitement que son annonce va faire polémique et que probablement l'Etat va finir par mettre de l'argent, et puis du côté gouvernemental, il n'y a pas de stratégie industrielle depuis tant d'années", explique le député européen écologiste.

Il développe : "S'il y a une surcapacité de production chez Alstom, c'est parce que depuis des années la France a abandonné le fret ferroviaire. Le Grenelle de l'environnement devait faire passer le fret ferroviaire de 15 à 25% du transport. Mais nous l'avons réduit alors que l'Allemagne l'augmente. Ségolène Royal, qui se scandalise de cette affaire, a abandonné l'écotaxe. C'est un milliard d'euros qu'on pourrait avoir chaque année pour financer notamment des projets de tramways".

Et il s'emporte : "L'État, par son incapacité à projeter la France sur un projet cohérent et qui crée des emplois, se retrouve à chaque fois acculé à donner de l'argent public à des entreprises en train de s'écrouler".

"Pas candidat contre Hollande"

Yannick Jadot est candidat à la primaire du parti EELV "pour sauver la France" et non "le parti ou la gauche". Il ne se revendique "surtout pas comme un candidat anti-Hollande de plus". Pour lui, "le projet écologiste est un projet de sens, de cohérence et d'espoir. Il y a tellement d'énergie vitale dans notre pays. Il faut mettre les déclinistes de côté".

Son "pari est d'approcher les 10%" à la présidentielle, score qu'aurait réalisé Nicolas Hulot selon les sondages. "Sincérité, conviction, renouvellement, bienveillance, parler à l'intelligence des citoyens, ça touche l'électorat", conclut-il.