Aigle Azur : 14 offres de reprises déposées, aucune acceptable en l'état

Les repreneurs avaient jusqu'à lundi midi pour se faire connaître. Selon une source syndicale, Air France-KLM a proposé d'injecter 15 millions d'euros et de reprendre jusqu'à 70% des salariés français sous forme de contrats de travail Air France. Cela représente 800 salariés.

Un avion de la compagnie Aigle Azur, à l\'aéroport de Lille (Nord), le 25 août 2017.
Un avion de la compagnie Aigle Azur, à l'aéroport de Lille (Nord), le 25 août 2017. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

Aigle Azur a reçu 14 offres de reprise, qui sont à améliorer et "ne sont pas exécutables en l'état", a indiqué lundi 9 septembre dans un communiqué la compagnie aérienne à l'issue du Comité d'entreprise (CE) extraordinaire entamé dans l'après-midi. "Ces offres de reprise de la société sont toutes à parfaire et ne sont pas exécutables en l'état", poursuit le communiqué, qui indique que la prochaine audience devant le tribunal de commerce d'Évry aura lieu le 16 septembre.

Air France a confirmé avoir déposé une offre, sans en donner la teneur. Mais, selon une source syndicale, la compagnie française a proposé d'injecter 15 millions d'euros et de reprendre jusqu'à 70% des salariés français sous forme de contrats de travail Air France. Cela représente 800 salariés. Le groupe Dubreuil, détenteur de la compagnie aérienne Air Caraïbes, propose lui aussi d'injecter 15 millions d'euros et de garder 106 salariés d'Aigle Azur.

Selon la CFDT, parmi les 14 offres déposées, celles des compagnies "low cost" EasyJet et Vueling ne sont que des "déclarations d'intentions".  L'ancien PDG de Hop! (groupe Air France) Lionel Guérin figure parmi ceux qui ont déposé une offre, de même source. Toujours selon la CFDT, les offres les plus détaillées présentées lundi demandent une liquidation d'Aigle Azur au tribunal, apurement des dettes à la clé. Le tribunal de commerce doit se prononcer sur une offre lundi prochain lors d'une audience, selon les syndicats.