Enquête sur la mutation des bases de loisirs

Pour ceux qui rêvent de vacances pas loin et peu chères, les bases de loisirs étaient une bonne option. Aujourd'hui pourtant, certaines ferment leurs portes.

FRANCE 2

À quelques kilomètres de Paris, on peut se retrouver les pieds dans l'eau, en plein soleil, comme à la mer ou presque. "On vient souvent se balader, faire du roller. Les enfants viennent faire du poney", confie une mère de famille au micro de France 2. "Ce n'est pas très loin de chez nous", note une grand-mère. Elle ajoute : "Avant de partir en vacances très loin, on peut venir avec les petits-enfants pour se promener. Il y a beaucoup d'attractions."

De nouvelles attractions pour attirer toujours plus de clients, c'est le secret d'une base de loisirs qui marche. Mais l'entreprise n'est pas simple, car il faut se renouveler et investir en permanence.

Un modèle économique fragile

L'équipe de France 2 s'est rendue à Saint-Quentin-en-Yvelines, qui abrite la plus grande base de loisirs d'Île-de-France, d'une surface de 600 hectares. Elle est gérée par la région et génère 5 millions d'euros de chiffre d'affaires. "Cette base nautique a été entièrement rénovée", fait savoir la journaliste, qui évoque des bâtiments neufs et du matériel haut de gamme représentant, au total, 785 000 euros d'investissements.

Le JT
Les autres sujets du JT