Cet article date de plus d'un an.

Rénovation énergétique : pour faire des économies d'énergie, il faut proposer une prime plus "incitative" aux copropriétés, selon un spécialiste du secteur

Pour augmenter le nombre de logements rénovés en France, le président de la Fédération d'économie d'énergie et de la chaleur renouvelable préconise aussi d'aider davantage ceux qui se lancent dans des rénovations globales.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Des travaux de rénovation énergétique sur un immeuble de Colmar, en mai 2022. (HERVE KIELWASSER / MAXPPP)

"Pour faire des économies d'énergie, il faut accompagner les rénovations globales" et proposer une prime plus "incitative" aux copropriétés, selon Pierre de Montlivault, le président de la Fedene (Fédération d'économie d'énergie et de la chaleur renouvelable).

Il était invité mardi 1er novembre sur franceinfo alors que les députés ont voté la nuit précédente une rallonge de 12 milliards d'euros de crédit pour la rénovation des logements, à l'initiative des députés de gauche. ll y a aujourd'hui cinq millions de passoires thermiques en France, des logements mal isolés, difficiles à chauffer. Le gouvernement avait l'objectif d'en rénover 80 000 et pourtant, seuls 2 500 ont été rénovés l'an dernier.

franceinfo : Pourquoi est-ce aussi long de rénover les logements qui en ont besoin ?

Pierre de Montlivault : Ce qui rend les choses compliquées, c'est qu'il faut changer d'approche, de l'historique où on faisait les choses étape par étape, à une plus globale. Dans le passé on disait "on va vous donner un crédit d'impôt développement durable" pour changer votre chaudière ou votre fenêtre et on s'en contentait. Or, ça ne va pas assez vite et assez loin dans la rénovation énergétique du logement. Pour faire des économies d'énergie, il est fondamental d'aider et d'accompagner les personnes qui se lancent dans des rénovations globales.


Les entreprises ont un carnet de commandes plein mais elles manquent de main d'oeuvre. A-t-on manqué d'anticipation sur ce point ?

Des tensions sur l'emploi, on en a dans quasiment tous les secteurs de l'économie, pas uniquement dans le secteur de la rénovation énergétique. Maintenant, en France, nous n'avons pas assez mis en valeur ces métiers du domaine technique, ni incité les jeunes. On a un problème d'attractivité. A-t-on manqué d'anticipation lorsqu'il a fallu recruter des plombiers, des chauffagistes, des couvreurs ? C'est possible, mais on ne décrete pas la création d'entreprise. En revanche, dès l'année prochaine, quand on votera une grande loi climat et énergie qui va donner une programmation de la politique énergétique de notre pays, si on peut mettre en face une programmation des moyens qui y seront alloués, ce serait bien. Le marché grandira, donc il sera logique d'investir et de recruter de nouveaux collaborateurs.

Il y a aussi d'autres soucis, notamment pour les copropriétés comme pour les autres : les démarches peuvent être très longues et l'administratif peut souvent freiner. Quelles sont les autres limites de MaPrimRenov ?

Il y a aussi un problème tout simplement économique. En copropriété, il y a des plafonds d'aides nettement plus bas que pour une maison individuelle. Qu'on soit moins généreux dans une copropriété par logement, cela se comprend, il y a des économies d'échelle, mais en revanche, les économies d'échelle ont été sur-évaluées et donc on a aujourd'hui une aide peu incitative. C'est dommage, parce que pour toucher l'aide dans une copropriété, vous devez faire 35% d'économie d'énergie, ça c'est une belle ambition, une rénovation vraiment globale !

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.