Crise de l'énergie : plus de 300 entreprises en France risquent d'être en difficulté cet hiver, estime le gouvernement

Les firmes concernées sont celles qui sont "très consommatrices d'électricité" ou "qui n'ont pas pu renégocier leurs contrats d'électricité", a précisé mardi le ministère de l'Industrie.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'usine Duralex, à La Chapelle-Saint-Mesmin (Loiret), le 1er juillet 2021. (GUILLAUME SOUVANT / AFP)

Mauvaise nouvelle pour l'économie française. Plus de 300 entreprises françaises risquent de se retrouver en difficulté d'ici la fin de l'année en raison de l'envolée des coûts de l'énergie, a fait savoir, mardi 20 septembre au micro de Sud Radio, le ministre de l'Industrie, Roland Lescure. "On parle aujourd'hui de quelques dizaines d'entreprises, un peu plus de 300, qui nous alertent en disant 'là, je peux plus, il va falloir faire quelque chose'", a déclaré le ministre, interrogé sur un "risque de décrochage" pour certaines entreprises cet hiver.

"Ce sont les entreprises qui sont suivies par Bercy, très consommatrices d'électricité ou qui n'ont pas pu renégocier leurs contrats d'électricité", a précisé le ministère, sans être en mesure de préciser le nombre d'emplois que représentent ces entreprises surveillées de près.

Le nombre d'emplois concernés encore inconnu

Pour les entreprises en difficulté, le ministre a rappelé l'existence d'un fonds d'appui aux entreprises qui permet de "limiter un peu la casse""On a un fonds de soutien, on est en train d'en alléger les critères, de le prolonger pour 2023, pour accompagner les entreprises qui en ont le plus besoin", a détaillé le ministre.

Il a notamment évoqué la célèbre verrerie Duralex, qui a décidé, devant l'explosion des coûts de l'énergie, de mettre son four en veille durant minimum quatre mois à partir de novembre et placer l'ensemble de ses salariés en chômage partiel. Sa facture énergétique était de "deux millions d'euros l'année dernière, et de 13 millions d'euros cette année", a justifié le ministre.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crise énergétique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.