Crise de l'énergie : les gazoducs Nord Stream 1 et 2 touchés par des fuites en mer Baltique, l'hypothèse d'un sabotage pas "exclue"

Ces deux gazoducs sont exploités par un consortium dépendant du géant russe Gazprom, mais ne sont pas opérationnels à cause des conséquences de la guerre en Ukraine. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les systèmes de canalisations de la station de réception de gaz du gazoduc Nord Stream 2 de la mer Baltique, à Lubmin (Allemagne), le 26 septembre 2022. (STEFAN SAUER / DPA / AFP)

Les gazoducs Nord Stream 1 et 2, qui relient la Russie à l'Allemagne, ont été tous deux subitement touchés par des fuites inexpliquées en mer Baltique, ont annoncé, mardi 27 septembre, les autorités danoises et suédoises, suscitant des soupçons de sabotage.

Au lendemain de l'annonce d'une fuite dans le gazoduc parallèle Nord Stream 2, le gazoduc Nord Stream 1 reliant la Russie à l'Allemagne a été à son tour touché par deux très rares fuites de gaz au large de l'île danoise de Bornholm, ont annoncé mardi les autorités des deux pays nordiques.

Objets de bras de fer géopolitiques ces derniers mois, les deux pipelines exploités par un consortium dépendant du géant russe Gazprom ne sont pas opérationnels à cause des conséquences de la guerre en Ukraine. Mais tous les deux étaient encore remplis de gaz.

"Il est difficile d'imaginer que c'est accidentel"

Le Kremlin s'est dit "extrêmement préoccupé", estimant qu'il ne fallait exclure "aucune" hypothèse, y compris celle d'un sabotage. Pour la Première ministre danoise Mette Frederiksen, "il est difficile d'imaginer que c'est accidentel" et un sabotage ne doit pas être "exclu".

L'exploitant des pipelines, le consortium Nord Stream, a dit ne pas avoir pu voir ni évaluer les dégâts, mais a reconnu le caractère exceptionnel de la situation. "Un incident durant lequel trois tuyaux éprouvent simultanément des difficultés le même jour n'est pas ordinaire", a déclaré un porte-parole.

Des responsables militaires alertent régulièrement sur le risque de sabotage des installations civiles sous-marines essentielles, comme des câbles de télécommunications, des liaisons électriques ou d'hydrocarbures.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crise énergétique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.