Environnement : l’agrivoltaïsme séduit les agriculteurs

L’agrivoltaïsme permet de rentabiliser la terre et l’espace sur une même parcelle. La culture des légumes se mêle en effet parfois à la production d’électricité renouvelable. 

France 2
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Sous le soleil du Var à Rians, les panneaux photovoltaïques produisent de l’électricité et sont un rempart face au changement climatique pour les vignes de Gautier Hugues, qui étaient régulièrement abîmées par des épisodes extrême de grêle ou forte chaleur. 

Désormais, les panneaux solaires jouent le rôle d’un parasol au-dessus de sa vigne. Il peut les déployer en fonction des conditions météo et y accrocher des filets anti-grêle. "Ce qu’on veut c’est vivre de notre métier, confie-t-il. Ce qu’il faut c’est passer le cap et investir dans ce qu’il faut pour arriver à survivre, tout simplement." Pendant que sa vigne pousse, les panneaux emmagasinent de l’énergie, de quoi approvisionner l’équivalent de 40 foyers en électricité. 

Investir pour l’avenir

L’agrivoltaïsme représente en France 13% de la production d’énergie solaire. De plus en plus d’agriculteurs choisissent de surcroit de cultiver sous les panneaux, des kiwis, des herbes aromatiques ou des fleurs. Anthony Frémiot, à Hyères, a décidé d’investir pour protéger sa production de pivoines. L’année dernière, il a perdu 50% de résultat sur son exploitation à cause des aléas climatiques, et a décidé d’emprunter 150 000 euros. Il revend l’énergie produite par les panneaux au fournisseur d’électricité, ce qui devrait couvrir son investissement. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Le président du syndicat des professionnels de l\'énergie solaire attend des mesures concrètes, après la présentation du plan solaire par le gouvernement.
Le président du syndicat des professionnels de l'énergie solaire attend des mesures concrètes, après la présentation du plan solaire par le gouvernement. (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)