Vidéo Électricité, gaz : des opérateurs alternatifs réindexeraient leurs prix sur ceux du marché

Publié Mis à jour
Électricité, gaz : des opérateurs alternatifs réindexeraient leurs prix sur ceux du marché
FRANCE 2
Article rédigé par
A. Bouleis, O. Labalette - L'Oeil du 20 heures
France Télévisions

Malgré le blocage des prix de l'électricité en février, les clients de certains fournisseurs autres qu'EDF ont vu leur facture flamber, alors qu'on leur avait promis des tarifs imbattables. Parfois les contrats auraient changé sans qu'on les prévienne. C'est l'enquête de l'œil du 20 Heures.

A L'œil du 20 heures, pour nos contrats d’énergie, nous avions repéré des promesses alléchantes il y a quelques mois : réduire ses factures tout en préservant la nature. Avec des tarifs irrésistibles : jusqu’à 17% moins cher que les fournisseurs historiques. Mais que valent vraiment ces contrats à l’heure où les prix de l’électricité et du gaz flambent sur les marchés ?

En Ardèche, Romain Doleux avait été séduit par Planète Oui, un fournisseur de gaz et d'électricité qui lui promettait de préserver la planète et son budget. Avec une garantie : des prix indexés sur les tarifs réglementés, fixés par l’Etat.

Mais en avril, il déchante : alors que les tarifs réglementés sont gelés, sa facture de gaz a explosé. La société, placée en liquidation judiciaire, lui réclame 1887 euros, dont 500 euros imputables à la seule hausse des tarifs. "Le prix au kilowatt/heure passe de 8,5 centimes à 13 centimes en quatre mois," relève-t-il, "ce qui fait une augmentation de 50 % du prix dans cette période... alors que le gvt a décidé d’un gel sur le prix du gaz depuis début novembre."

Des prix réindexés sur ceux du marché

Et ce n’est pas fini. Son nouveau fournisseur, Mint énergie, qui a repris les clients de Planète Oui, multiplie par six ses mensualités de 120 euros. "On me propose des mensualités à 700 euros. Là, je fais un bond sur ma chaise, je ne comprends pas comment c’est possible de proposer ce genre de mensualité. 700 euros c’est la moitié d’un SMIC ! Est-ce qu'on se rend compte que la moitié du budget de la famille va peut-être passer dans l’énergie ?" Romain Doleux a fait opposition sur les prélèvements et changé de fournisseur d’énergie.

Comment expliquer de telles augmentations ? En fait, ces opérateurs alternatifs ne produisent pas d’électricité ou de gaz, ils l’achètent sur les marchés. Quand les prix explosent comme cet hiver, ils ne peuvent plus assumer les tarifs réglementés, bloqués par l’Etat. Certains changeraient alors les règles du contrat et réindexeraient leur prix sur ceux du marché. Une pratique dénoncée par l'association de consommateurs CLCV, qui a assigné quatre fournisseurs d’énergie en justice. 

"Passer d’un contrat très stable à un contrat très risqué et le faire de manière sauvage sans demander le consentement explicite du consommateur, ça nous paraît très critiquable et c’est ce qu'on attaque en justice."

François Carlier, délégué général CLCV

à France 2

Contactées, Planète Oui et Mint énergie assurent avoir respecté la loi. “Les clients ont été informés par courriel, et ils avaient donc un délai pour sortir du contrat,” se défend un porte-parole de Planète Oui, aujourd'hui en liquidation judiciaire. Un courriel que Romain Doleux dit n’avoir jamais reçu. Quant aux promesses de factures réduites et d’un budget maîtrisé… elles ont disparu des sites internet.

Parmi nos sources :

Une facture d'énergie qui passe de 120 à 700 euros par mois, France 3 Rhône-Alpes, 12 mai 2022.

Groupe Facebook "Victimes Mint Energie"

Assignation en justice de quatre opérateurs d'électricité, CLCV, 30 novembre 2021

Liste non exhaustive.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.