"C'est l'équivalent d'un salaire" : des clients de fournisseurs alternatifs d'électricité abasourdis par le coût vertigineux de la facture de régularisation

Des milliers de clients reçoivent depuis quelques semaines leur régularisation de factures d'électricité et la note est parfois très salée. Certaines vont jusqu'à 10 000 euros dans les cas les plus extrêmes.
Article rédigé par franceinfo - Willy Moreau
Radio France
Publié
Temps de lecture : 4 min
Vincent Audigier a reçu une facture de régularisation de plus de 9 000 euros de la part d'Eni. (WILLY MOREAU / RADIO FRANCE)

Sur les réseaux sociaux, des centaines d'internautes partagent en ce début août des photos de leur facture : 2 672 euros de régularisation pour l'un, 5 185 euros pour l'autre et dans des cas exceptionnels, jusqu'à près de 10 000 euros. C'est la mauvaise surprise qui tombe en plein cœur de l'été, qui n'a rien à voir avec une surconsommation mais avec la hausse des prix de l'énergie répercutée par les fournisseurs alternatifs. 

>> Énergie : est-ce le bon moment pour changer de fournisseur d’électricité ?

Anthony et Elise, qui habitent au Havre avec leurs quatre enfants, sont concernés. Le 5 juillet, ils découvrent que leur régularisation s'élève à 1 600 euros. "C'est une très grosse somme. C'est l'équivalent d'un salaire", déplore Anthony. Clients chez Eni, ils ressentent une grosse injustice puisque la hausse n'est pas liée à une surconsommation. "Nous avons consommé uniquement 7000 kWh sur les 10 200 estimés à la base. Depuis trois ans, on fait de gros efforts électriques, on a installé un poêle à bois. On est passé au LED partout, on a même installé un ballon d'eau chaude solaire". 

Un manque de transparence

Le couple se sent complètement floué. Eni explique que le coût d'approvisionnement en électricité a augmenté. L'entreprise a répercuté ces prix sur les contrats reconduits après leur échéance mais l'explication ne calme pas les esprits. En Seine-et-Marne, Vincent Audigier, en a fait son combat. Il vient de créer un collectif avec plus de 70 clients. Il a recensé de nombreux cas comme le sien : "J'étais dans une situation un peu extrême, avec 9 500 euros mais il y a des situations de personnes qui sont à 4 000, d'autres à 1 640. J'en ai encore un 7 194 euros".

"Il y a vraiment beaucoup de montants différents mais la méthode est toujours la même. La moyenne, c'est autour de 2 500 euros."

Vincent Audigier, client d'Eni qui vient de créer un collectif

à franceinfo

Estelle fait partie des personnes qui se sont rapprochées de Vincent Audigier. Lundi, celle qui habite dans la région de Nancy, a reçu sa facture de régularisation : 3.200 euros à payer. "Les bras vous en tombent, j'en ai eu les larmes aux yeux", témoigne la pharmacienne. La nouvelle est d’autant plus brutale que ses mensualités, 90 euros par mois, n’ont pas évolué après le renouvellement de son contrat en octobre. "Je me sens un peu piégée, commente-t-elle. On sent que ça a été un peu fait exprès pour qu’on ne s’en rende pas compte tout de suite parce que bien évidemment, si je m’en étais rendue compte dès le mois d’octobre, je serais partie de chez Eni". 

 

Le fournisseur Eni assure répercuter la nouvelle grille tarifaire sur les mensualités et traiter au cas par cas si les modifications n’ont pas été faites. Vincent Audigier dont l’échéancier a été augmenté de dix euros par mois, pour une régularisation finale à 9.200 euros malgré une consommation en dessous de l’estimation initiale, dénonce un manque de transparence et pour le justifier, il montre un courrier envoyé par Eni. "C'est un courrier du 7 août 2022, il est écrit qu'on leur a fait confiance en souscrivant chez eux et qu'ils nous en remercient. Mais qu'à compter du 7 septembre, Eni fait évoluer les conditions de l'offre indexée sur les tarifs réglementés de vente. Et là, effectivement, on a une grille qui présente tout plein de centimes. Quand bien même on a pris connaissance de ce courrier-là en temps et en heure, on ne comprend rien."  Vincent Audigier et le collectif ont engagé des négociations avec Eni parce qu'ils considèrent que le fournisseur italien ne respecte pas la loi.    

Que dit la loi ? 

En cas de changement de prix, les fournisseurs doivent prévenir leurs clients un mois avant et de manière claire. "S'ils envoient juste un mail sans dire que les prix augmentent de 20%, on considère que l'information n'est pas correcte", assure Caroline Keller, responsable du service information et communication au médiateur de l'énergie.

Malgré les saisines, Eni fait partie des fournisseurs qui ont fait des efforts, selon le médiateur de l'énergie. En 2022, il a pointé du doigt trois autres fournisseurs, Mint Energie, Méga Energie et Wekiwi, pour un manque de transparence. Les litiges sont également en hausse chez Engie. La tendance est globale, d'après Caroline Keller : "En 2022, on a reçu à peu près 5 000 litiges qui sont liés aux prix appliqués. C'est deux fois plus qu'en 2021. Et sur 2023, on est sur la même tendance"

>> Energie : le gouvernement annonce la disparition du bouclier tarifaire d'ici la fin de l'année 2024

Avec la fin progressive du bouclier tarifaire, la hausse encore de 10% en août du tarif régulé de l'électricité. La tendance devrait se poursuivre dans les prochains mois et les prochaines années, selon le médiateur de l'énergie.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.