En Europe, le poids de l'économie collaborative pourrait être multiplié par vingt d'ici 2025

Une étude du cabinet d'audit PwC publiée lundi met en avant la croissance phénoménale que devraient connaître les sociétés d'économie collaborative : en Europe, le montant des transactions pourrait atteindre les 570 milliards d'euros d'ici dix ans.

Les locaux d\'Airbnb à Berlin (Allemagne), le 19 août 2015. 
Les locaux d'Airbnb à Berlin (Allemagne), le 19 août 2015.  (JENS KALAENE / AFP)

Et si les sociétés milliardaires de demain s'appelaient Blablacar, Airbnb ou encore Ulule ? D'après une étude diffusée lundi 5 septembre par le cabinet d'audit PwC (PricewaterhouseCoopers), le montant total des transactions générées par l'économie collaborative atteindra les 570 milliards d'euros d'ici dix ans rien que sur le continent européen. C'est vingt fois plus qu'aujourd'hui. Le chiffre équivaut au PIB de l'Argentine.

Un chiffre d’affaires qui devrait atteindre les 83 milliards d’euros d’ici 2025

Si l'économie collaborative est une façon de consommer qui fait de plus en plus d'adeptes, elle pourrait donc aussi devenir une énorme source de richesses. Elle bénéficierait d'abord aux particuliers : d'après PwC, 85% des revenus générés par ces plateformes collaboratives finiront dans la poche de leurs utilisateurs. "Ces plateformes mettent en relation des particuliers avec d'autres particuliers, explique Jean-François Marti, le responsable de cette étude. Elles organisent donc une économie où l'essentiel des flux se fait entre particuliers. Et sur une échelle qui n'existait pas avant."

Quant aux plateformes collaboratives, elles vont bien sûr elles aussi largement en profiter. Blablacar, Airbnb... Leurs revenus pourraient passer de 4 milliards d'euros aujourd'hui à... 83 milliards en 2025 !

Comment encadrer et imposer fiscalement ces pratiques ?

Cette croissance phénoménale devrait toucher "tout ce qui est lié aux locations de logements, aux déplacements en véhicule comme le covoiturage, aux échanges de services de particulier à particulier", détaille Jean-François Marti. 

Cette étude de PwC a été commandée par la Commission européenne avec un objectif : encadrer légalement ces nouvelles pratiques d'économie collaborative et savoir comment l'imposer fiscalement.