Envoyé spécial, France 2

VIDEO. Comment certains entrepôts logistiques décourageraient leurs salariés de déclarer des accidents du travail

Dans quelles conditions travaillent les 130 000 personnes employées dans les 4 000 entrepôts du territoire français ? "Envoyé spécial" a enquêté, et découvert des salariés travaillant à des cadences infernales, avec parfois des corps cassés... qui ne seraient pas toujours reconnus comme victimes d'accidents du travail.

Partout en France, d'anciens salariés d'entrepôts logistiques ont raconté à "Envoyé spécial" des corps blessés par leur travail, selon eux. Mais les ouvriers ne seraient pas les seuls à craquer ; certains managers aussi. Dans le sud de la France, Nathalie a abandonné son poste de chef d'équipe après dix ans de service. Elle estime avoir été poussée à bout par une entreprise qu'elle juge impitoyable.

Dans cet entrepôt, à un quart d'heure d'Avignon, elle supervisait une équipe qui déchargeait la marchandise des camions. Nathalie montre aux journalistes un document interne à l'entreprise, où sont notées les primes reçues par un chef d'équipe. Chaque année, un nombre d'accidents du travail à ne pas dépasser lui est fixé. S'il y arrive, il touche 15% de son salaire mensuel en plus. Inversement,"s'il a beaucoup d'accidents du travail dans l'année, il ne touchera pas de primes".

Un système de primes qui pousserait les chefs d'équipe à dissimuler les accidents du travail ?

Limiter les accidents est à priori une intention louable… mais la mesure se serait retournée contre les ouvriers. Car selon Nathalie, ces objectifs fixés aux chefs d'équipe les pousseraient à dissimuler les accidents de travail, les "AT", pour toucher leurs primes. D'après elle, on conseillait tout simplement au salarié blessé de prendre du repos chez lui. 

Selon plusieurs avocats spécialisés en droit du travail que le magazine a contactés, certains entrepôts en logistique décourageraient leurs salariés de déclarer des accidents du travail pour trois raisons principales : éviter les inspections de l'Assurance maladie ; ne pas voir augmenter leurs cotisations sociales (plus l'entreprise déclare d'accidents et de maladies professionnelles, plus elle paye) ; et enfin, soigner leur réputation auprès de la clientèle.

Extrait de "Entrepôts, un univers impitoyable", un reportage à voir dans "Envoyé spécial" le 28 janvier 2021.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS Android), rubrique "Magazines".

Envoyé spécial. Comment certains entrepôts logistiques découragent les salariés de déclarer des les accidents du travail
Envoyé spécial. Comment certains entrepôts logistiques découragent les salariés de déclarer des les accidents du travail (ENVOYÉ SPÉCIAL / FRANCE 2)