Salaires : au nom de la transparence

Les grandes entreprises françaises seraient bientôt obligées de publier les écarts de salaires dans le but d'éviter les inégalités. Un amendement à la loi Pacte examinée à l'Assemblée nationale a été déposé par des députés de la majorité. En France, des entreprises ont déjà pris les devants.

Sur un écran d'ordinateur sont affichés tous les salaires des employés de l'entreprise Lucca. Chacun peut les consulter. Selon Manon Sylvain, la DRH, "ça rend les relations beaucoup plus saines au quotidien". Dans cette société informatique de 100 salariés, elle gagne 3 250 € par mois. Marie Lambert, manager, gagne elle aussi 3 250 €. Et Basile Minvielle, consultant, gagne lui, 3 666 €.

Éviter les écarts trop importants

Plus de transparence sur les salaires pour éviter les inégalités, c'est la proposition des députés de la majorité. Chaque année, dans les entreprises d'au moins 1 000 salariés, les écarts de salaires seraient donc rendus publics. Objectif : éviter des écarts trop importants. Selon Matthieu Orphelin, député LREM, "à moyen terme, ça ne peut avoir qu'un effet bénéfique sur notre croissance durable, sur l'avenir de ces grandes entreprises qui seront dans une logique plus de long terme, plus d'équité, plus de partage de la valeur entre les dirigeants et les salariés". Le gouvernement s'est montré favorable à cet amendement. Il sera examiné dans le cadre de la loi Pacte à la fin du mois de septembre.

Le JT
Les autres sujets du JT
La réforme du prélèvement à la source consiste à prélever les impôts directement sur les salaires et les pensions. 
La réforme du prélèvement à la source consiste à prélever les impôts directement sur les salaires et les pensions.  (DAMIEN MEYER / AFP)