Covid-19 : un soignant sur quatre envisagerait de se reconvertir

Depuis le début de la crise sanitaire, deux tiers des soignants estiment que leurs conditions de travail se sont détériorées. Conséquence, au moins un sur quatre souhaiterait changer de métier, révèle une étude récente.

Submergés par l’ampleur de la crise du Covid-19, de nombreux soignants subissent le contrecoup de la première vague. Selon une étude récente, un sur quatre songerait désormais à changer de métier. C'est le cas de Thomas Laurent, qui ne fait plus que passer devant l’hôpital où il a exercé pendant quinze ans en tant qu’infirmier. Pour lui, la crise du Covid-19 a été un révélateur. L’indigence des moyens et le manque de considération ont eu raison de sa motivation. "Quand on est en sous-effectif, la charge de travail, elle, ne diminue pas, donc on fait nos soins plus vite, et plus mal. Pour moi et beaucoup de mes collègues, c’est un crève-cœur", explique-t-il. Alors, Thomas Laurent a décidé de se reconvertir pour devenir libraire.

"Je n'arrivais plus à aller au travail"

En Belgique, Nolwenn Le Bonzec a pris la même décision. Il y a six mois, l’ancienne infirmière a troqué sa blouse pour un tablier de pâtissière et les couleurs acidulées des cupcakes qu’elle cuisine avec amour. "Si j’avais continué, je pense que j’aurais fait une dépression. Ce n’était plus possible, je n’arrivais même plus à aller au travail, je savais qu’on allait devoir travailler très vite, avec beaucoup trop de patients", se souvient-elle. Avec son nouveau métier, Nolwenn Le Bonzec revit.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une soignante s\'occupe d\'un patient atteint du Covid-19 dans la section de réanimation de l\'hôpital Robert Boulin à Libourne (Gironde), le 6 novembre 2020 (photo d\'illustration).
Une soignante s'occupe d'un patient atteint du Covid-19 dans la section de réanimation de l'hôpital Robert Boulin à Libourne (Gironde), le 6 novembre 2020 (photo d'illustration). (PHILIPPE LOPEZ / AFP)