Cet article date de plus de sept ans.

Perspectives d'emploi pour 2015

Le chômage augmente. Et ça ne semble pas devoir ralentir de sitôt. C'est peut être le moment de ressortir le rapport du Centre d'analyse stratégique et des services du ministère de l'Emploi (DARES), publié en janvier 2007 : ?Les métiers en 2015?. Il parie sur l'avenir et nous livre les quinze ?famil
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.

Tous à vos cahiers ! Le rapport prévoit un taux de chômage de 56% pour les non-diplômés et de seulement 2% pour les Bac+3 et plus.??Et si vous optiez pour une reconversion ? Les métiers d'assistante maternelle, d'agent d'entretien et services et d'enseignant garantiront à eux seuls plus d'un million des postes à pouvoir pour 2015.

Plus de diplômes

D'ici 2015, le niveau de qualification des jeunes diplômés continuera d'augmenter. L'inflation actuelle continuera sa route et l'accès aux postes d'aujourd'hui nécessitera de plus hauts diplômes dans quelques années. Cela est tout d'abord dû à un accès de plus en plus important au monde universitaire : les étudiants sont de plus en plus nombreux à passer ces examens et à obtenir les mêmes qualifications. De plus, le nombre d'emplois à pourvoir étant régulièrement à la baisse, ces jeunes diplômés se retrouvent dans une situation de très forte concurrence pour assez peu d'offres.

Plus de travail dans le secteur tertiaire et avec Internet

Le secteur tertiaire continue à recruter plus que les deux premiers secteurs. Ainsi, de nombreux postes seront à pouvoir dans l'administration et la gestion, et les créations d'entreprises concentrées sur le service à la personne et à l'aide aux particuliers continueront à grimper. En revanche, peu de postes seront disponibles dans le secteur agricole. Jeunes diplômés, n'hésitez pas à vous diriger vers les métiers d'internet, qui offrent toujours de grandes perspectives d'emploi.

Retrouvez tous les chiffres du rapport ?Les métiers en 2015? sur le site du Centre d'analyse stratégique.

?

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.