VIDEO. "Il y a des priorités, des urgences" : Édouard Philippe reconnaît que les effectifs de fonctionnaires ont augmenté

Le nombre de fonctionnaires a été augmenté "pour la police, la gendarmerie, la DCRI en matière de lutte contre le terrorisme", a déclaré jeudi sur franceinfo le Premier ministre.

"C'est vrai que sur un certain nombre de ministères, nous augmentons les effectifs" de fonctionnaires, a reconnu Édouard Philippe jeudi 16 mai sur franceinfo, alors que le nombre de fonctionnaires a finalement augmenté en 2018 d'après un rapport de la Cour des comptes. 

>> 80 km/h, PMA, chômage, européennes... Ce qu'il faut retenir de l'interview d'Édouard Philippe sur franceinfo

Dans son programme de campagne, Emmanuel Macron avait promis 120 000 suppressions de postes de fonctionnaires sur l'ensemble du quinquennat, dont 50 000 sur la périmètre de l'Etat et de ses opérateurs. Edouard Philippe explique cette hausse des effectifs "pour la police, la gendarmerie, la DCRI en matière de lutte contre le terrorisme(...) parce que pendant très longtemps ces effectifs ont été très fortement baissés. Il ne faut pas l'oublier. Nous les augmentons parce que nous considérons qu'il y a des priorités, des urgences."

Mais Édouard Philippe s'est défendu d'abandonner l'objectif de campagne d'Emmanuel Macron de supprimer 120 000 fonctionnaires pendant son quinquennat. "Nous voulons transformer le fonctionnement de l'État, a ainsi rappelé le Premier ministre. Nous voulons faire des économies sur le fonctionnement de l'État et la conséquence ce sera la réduction du nombre de fonctionnaires. Nous n'en faisons pas un préalable, nous en faisons une conséquence des économies de fonctionnement de l'État."

Edouard Philippe, invité du 8h30 Politique le 16 mai 2019.
Edouard Philippe, invité du 8h30 Politique le 16 mai 2019. (FRANCEINFO)