Tuerie à la préfecture de police : l'assaillant était habilité "secret défense"

Comment l'auteur de l'attaque mortelle à la préfecture de police de Paris, jeudi 3 octobre, a-t-il pu échapper à la vigilance de sa hiérarchie ? Les explications du journaliste François Beaudonnet, en duplex depuis le palais de justice de Paris.

France 2

Mickaël H., l'auteur de la tuerie commise jeudi 3 octobre à la préfecture de police de Paris, a-t-il pu passer sous les radars de la surveillance au cœur même de l'appareil d'État ? À quel type de données l'assaillant, qui était habilité "secret défense", a-t-il pu accéder ? "Ce sont des questions très inquiétantes qui se posent. Mickaël H. travaillait à la direction du renseignement, or c'est justement le service qui est chargé de collecter des informations sur les individus radicalisés", explique le journaliste François Beaudonnet, en duplex depuis le palais de justice de Paris.

A-t-il partagé des informations confidentielles avec la mouvance salafiste ?

"A-t-il eu accès à la liste des fichés S, et si c'est le cas, a-t-il partagé des informations avec ses contacts dans la mouvance salafiste ? Cet informaticien a-t-il eu accès, là encore, à la liste et aux adresses de tous les policiers de la préfecture de police de Paris ? Il était bel et bien habilité 'secret défense'. Or, s'il est vrai qu'il avait montré des signes de radicalisation depuis 2015, pourquoi cette habilitation ne lui a-t-elle pas été retirée ? Autant de questions essentielles auxquelles l'enquête va tenter de répondre", conclut-il.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le périmètre de sécurité mis en place autour de la préfecture de police de Paris après l\'attaque au couteau survenue jeudi 3 octobre 2019.
Le périmètre de sécurité mis en place autour de la préfecture de police de Paris après l'attaque au couteau survenue jeudi 3 octobre 2019. (JAIR CABRERA TORRES / DPA / AFP)