Fonctionnaires : une réforme choc

Le projet de loi sur la fonction publique est examiné mercredi 27 mars en Conseil des ministres. Les syndicats, qui craignent des suppressions de postes, le rejettent unanimement.

France 3

Les fonctionnaires sont vent debout contre la réforme. À l'appel de syndicats, ils manifestent mercredi 27 mars à Paris. Ils la voient comme un "projet de destruction de la fonction publique et au-delà des services publics", "un projet mortifère". Pour faire des économies, les gouvernements souhaitent multiplier le recours aux contractuels, qui représentent aujourd'hui 20% des effectifs. Mais aussi la création d'un CDD de projet d'une durée maximale de six ans.

Faciliter les départs vers le privé

Autre axe de la réforme : faciliter les départs en instaurant des ruptures conventionnelles comme dans le privé. Les fonctionnaires pourraient bénéficier d'indemnités de départs, ainsi que des droits au chômage. Et si l'agent souhaite partir dans le privé, il pourra temporairement conserver ses avantages. La suppression de 120 000 postes de fonctionnaires promise par le gouvernement ne figure pas dans ce projet de loi, mais c'est bien le but de l'exécutif. Un appel à une nouvelle mobilisation de la fonction publique a été lancé pour le 9 mai.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une manifestation des fonctionnaires de la finance publique, le 14 mars 2019, près du ministère de l\'Economie et des Finances.
Une manifestation des fonctionnaires de la finance publique, le 14 mars 2019, près du ministère de l'Economie et des Finances. (- / AFP)