Pour Christine Lagarde, la situation économique est "très favorable" aux réformes

Christine Lagarde, directrice générale du FMI et ancienne ministre de l'Économie sous la présidence de Nicolas Sarkozy est l'invitée du journal de 20 Heures.

France 2

Le chômage a un peu baissé en France, 8,9% en France, mais on est encore loin du plein emploi. Pourtant, les conditions sont bonnes. "C'est un problème récurrent de la France et qui pose en particulier une difficulté pour les jeunes, pour les gens qui ont peu de qualifications, et évidemment pour la main-d'oeuvre immigrée", analyse Christine Lagarde, invitée sur le plateau du 20 Heures. "Mais on célèbre quand même une baisse significative, même si le chiffre d'un mois n'est pas suffisant pour avoir une certitude".

Accélération de la croissance

Quelles sont les réformes nécessaires ? Sont-elles forcément libérales ? "Non, les réformes ne sont pas systématiquement libérales, mais actuellement, on a une situation économique qui est très favorable", estime la directrice du FMI. "On a une reprise globale, on a une accélération de la croissance, des investissements qui reprennent, un chômage qui recule, donc pour nous, c'est le moment idéal pour poursuivre le train des réformes qui sont engagées en Europe, en France en particulier, puisque c'était évidemment au programme des autorités françaises." Et d'ajouter : "Les réformes structurelles qui sont nécessaires sont celles qui vont permettre l'épanouissement des capacités, le développement des investissements, qui vont permettre aux entreprises d'employer, d'investir, et qui permettront ainsi à l'ensemble du pays d'avoir une économie plus florissante. C'est le seul moyen d'arriver à réduire les inégalités les plus graves", ajoute l'ancienne ministre de l'Économie.

Le JT
Les autres sujets du JT
Christine Lagarde, présidente du Fonds monétaire international, à Lima (pérou), le 18 novembre 2016.
Christine Lagarde, présidente du Fonds monétaire international, à Lima (pérou), le 18 novembre 2016. (MARTIN BERNETTI / AFP)