Cet article date de plus d'un an.

Témoignages Avec l'arrivée de France Travail, certains chômeurs, précaires et conseillers Pôle emploi craignent le renforcement de "la police des travailleurs"

Une centaine de personnes ont défilé mardi à Paris contre la réforme de Pôle emploi contenue dans le projet de loi "plein emploi", qui doit être étudié en juillet à l'Assemblée. Mais le texte suscite souvent la crainte des premiers concernés.
Article rédigé par Mathilde Goupil
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 7 min
Une banderole du Comité national CGT des travailleurs privés d'emploi et précaires (CNTPEP-CGT) flotte devant le siège de l'Unédic, à Paris, le 27 juin 2023, à l'occasion d'un rassemblement contre le projet France Travail. (GAUTHIER BEDRIGNANS / HANS LUCAS / AFP)

"On est là, on est là !" Ils sont une centaine, mardi 27 juin, à arpenter en chantant le kilomètre de bitume parisien qui sépare le ministère de l'Economie du siège de l'Unédic, l'organisme qui gère le régime d'assurance-chômage. Une fois arrivée au pied des locaux de l'institution, la petite foule – à majorité des adhérents de la CGT – installe sono et barbecue, pour demander au conseil d'administration de l'association, qui se tient quelques étages au-dessus, de revaloriser significativement le montant des allocations chômage.

L'inflation importante ces derniers mois et la diminution d'un quart de la durée d'indemnisation des demandeurs d'emploi, en février, avaient déjà échaudé les esprits des syndicats et associations de chômeurs. Mais la présentation en juin du projet de loi "plein emploi", qui acte notamment la transformation de Pôle emploi en France Travail, a fini d'inquiéter ces organisations. Celles-ci ont appelé à défiler mardi.

>> France Travail : heures d'insertion hebdomadaires, inscription obligatoire à Pôle emploi, voici ce qui risque de changer pour les bénéficiaires du RSA

En théorie, le texte du gouvernement a pourtant de quoi séduire : un accompagnement renforcé pour les demandeurs d'emploi qui ne sont pas autonomes, une meilleure coordination entre tous les acteurs de l'emploi et une meilleure insertion des personnes en situation de handicap ou avec des difficultés sociales. Avec un objectif : atteindre le plein-emploi (5% de chômage, contre 7% actuellement) d'ici à la fin du quinquennat.

Mais plusieurs mesures du projet font craindre le pire à certains. Parmi elles, l'obligation pour les futurs inscrits de signer un "contrat d'engagement" avec, à la clé, 15 heures à 20 heures d'activité obligatoires (une durée qui ne devrait finalement pas figurer dans la loi) pour les bénéficiaires du RSA, ou la création d'une nouvelle sanction en cas de non-respect de cette obligation. "Les gens seront pris dans une machine qui précarise", avance ainsi Mirabelle Lemaire, secrétaire générale du SNU TefiI-FSU, qui regroupe notamment des agents de Pôle emploi. 

"Nous ne sommes pas du tout dans une logique de travail gratuit ou de bénévolat obligatoire, mais de grande diversité et de personnalisation des activités dans le futur contrat d'engagement", a tenu à rassurer le ministre du Travail, Olivier Dussopt, dans une interview accordée aux Echos. Sans nécessairement réussir à calmer les inquiétudes. Alors que l'examen du texte doit débuter en juillet à l'Assemblée, franceinfo a interrogé cinq manifestants qui exposent leurs craintes.

Roxanne, demandeuse d'emploi non indemnisée : "J'aurais besoin d'un véritable accompagnement"

"J'ai été diplômée de la fac de droit de Nice il y a cinq mois. Depuis, je n'ai pas réussi à trouver de travail, d'autant plus que je suis en situation de handicap. Comme je n'ai jamais cotisé, je ne touche pas d'allocations chômage. Mais comment peut-on trouver un emploi si on finit à la rue ? Heureusement, mon père est en mesure de m'aider.

J'aurais besoin d'un véritable accompagnement dans ma recherche, notamment pour déterminer quels sont les emplois qui sont adaptés à ma situation, et comment adapter ceux qui peuvent l'être. Mais aux yeux de Pôle emploi, on n'existe pas quand on n'est pas indemnisé. Je n'ai rencontré qu'une seule fois ma conseillère, à ma demande. Depuis, mon dossier est passé entre les mains de l'équipe chargée du handicap, mais je n'ai eu aucun retour. Malgré les promesses du gouvernement, je pense que ça sera pareil avec France Travail. A chaque réforme de Pôle emploi, on promet de mieux accompagner les chômeurs. Mais, à chaque fois, c'est un peu plus la police des travailleurs."

Mirabelle Lemaire, secrétaire générale du SNU Tefi-FSU : "On part des besoins des entreprises et non des gens"

"Le projet France Travail est très flou. Au début, Pôle emploi devait être à la manœuvre de ce nouveau service de l'emploi, et maintenant, on ne nous parle plus que d'un rôle d'appui. Le risque, c'est que nous ne soyons plus que de simples exécutants, et que la politique de l'emploi soit décidée localement, par les présidents de région et les préfets.

On voit bien qu'il y a un changement de logique : au lieu de partir des projets professionnels des gens pour les accompagner, on part des besoins des entreprises pour former de la main-d’œuvre, comme c'est le cas avec la réforme des lycées professionnels. Au lieu de former à des métiers, on ne forme qu'à des bouts de métiers, ou sur des outils précis, pour telle ou telle entreprise.

Par exemple, quand la fibre est arrivée, on a formé à tour de bras des 'tireurs de câbles' pour venir procéder aux installations chez les gens. Une fois que la fibre a été installée quasiment partout, ces gens ont de nouveau été au chômage. France Travail va accentuer ce phénomène : on nous dit qu'il faut remettre les gens au travail, immédiatement. Mais accompagner un demandeur d'emploi, cela demande du temps !"

Andrés, ex-cadre désormais au RSA activité : "Le sale boulot a déjà commencé"

"En 2013, j'ai été licencié de mon emploi de cadre dirigeant à l'occasion de la vente de mon entreprise. Comme j'avais beaucoup contesté cette opération financière, je me suis grillé dans mon secteur et je n'ai pas réussi à retrouver d'emploi. J'ai été au chômage, jusqu'à épuisement de mes droits. Désormais, je fais à peu près n'importe quoi comme boulot – agent d'entretien, saisonnier, préparateur de sandwiches, etc. Je touche aussi le RSA, et parfois la prime d'activité.

Depuis que je ne suis plus cadre, j'ai découvert à quel point les travailleurs non-qualifiés sont mal traités : vous faites de l'intérim, mais la paie arrive avec un mois de retard, amputée de plusieurs heures de travail pourtant effectuées. Du côté de Pôle emploi, j'ai déjà reçu un avertissement de radiation car je ne m'étais pas rendu à une formation, alors que je leur avais envoyé un mail expliquant que j'avais un contrat ce jour-là ! Tous les dysfonctionnements du système sont mis au service de la radiation des demandeurs d'emploi. Je n'ai pas besoin d'attendre de voir ce que donnera France Travail : le sale boulot a déjà commencé." 

Gary*, conseiller Pôle emploi : "Il faut des embauches"

"France Travail va continuer l'externalisation du marché de l'accompagnement des demandeurs d'emploi, qui est déjà à l'œuvre. Entre 2020 et 2023, dans mon agence de Seine-Saint-Denis, nous sommes passés d'environ 250 demandeurs d'emploi avec un suivi actif par conseiller au double. Comme Pôle emploi ne peut pas répondre à toute la demande, il externalise une partie de l'activité à des prestataires privés

En théorie, l'accompagnement renforcé voulu par le gouvernement, avec des portefeuilles de demandeurs d'emploi moins nombreux, c'est génial. Mais comme aucune hausse des moyens n'a été annoncée, en pratique, les collègues seront obligés d'externaliser l'accompagnement. On veut faire correctement notre métier, mais pour cela, il faut des embauches. En 2019, une étude de la CGT Pôle emploi Ile-de-France avait démontré que pour respecter les normes d'accompagnement édictées par Pôle emploi lui-même, il faudrait deux à trois fois plus de conseillers sur les six agences de l'ouest de la Seine-Saint-Denis !"

Dominique, autoentrepreneuse au RSA : "Pôle emploi devrait indemniser 100% des chômeurs"

"Je suis titulaire d'un bac +3 en histoire de l'art et archéologie. Malgré mes 58 ans, je n'ai jamais réussi à travailler suffisamment longtemps pour recharger durablement mes droits au chômage, alors je dépends majoritairement du RSA depuis la fin de mes études. J'ai fait plein de formations : photographie, graphisme, menuiserie… Les offres d'emploi auxquelles je postule ensuite restent les trois quarts du temps sans réponse. Et quand j'en reçois, on me dit le plus souvent que je ne suis pas assez formée, ou alors au contraire trop diplômée !

Après ma dernière formation, j'en ai eu marre et j'ai décidé de monter ma propre autoentreprise pour créer et réparer des meubles, monter des cuisines, etc. Mais la Chambre de commerce n'acceptait de me prêter de l'argent que si je décrochais un prêt bancaire. Je suis allée voir toutes les banques, mais elles ont refusé de me prêter de l'argent, en invoquant ma situation précaire. Ce n'est pas de France Travail dont j'ai besoin, mais que Pôle emploi indemnise 100% des chômeurs, c'est-à-dire des personnes privées d'emploi, qu'elles aient ou non suffisamment travaillé."

* Le prénom de la personne interrogée a été modifiée afin qu'elle ne soit pas identifiable.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.