DIRECT. Meurtres dans la Drôme et l'Ardèche : le suspect est mis en examen pour "assassinats"

L'homme de 45 ans est soupçonné d'avoir tué deux femmes à Valence et dans une commune voisine avant d'être interpellé par la police.

Des fleurs déposées devant l\'entreprise Faun de Guilherand-Granges (Ardèche), le 29 janvier 2021, où une salariée a été tuée.
Des fleurs déposées devant l'entreprise Faun de Guilherand-Granges (Ardèche), le 29 janvier 2021, où une salariée a été tuée. (PHILIPPE DESMAZES / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Gabriel Fortin, ingénieur sans emploi de 45 ans, a été mis en examen samedi 30 janvier pour "assassinats" dans l'enquête sur le double meurtre, jeudi dans la Drôme et l'Ardèche, d'une employée d'une agence Pôle emploi et de la DRH d'une entreprise dont il avait été licencié, a indiqué le parquet de Valence.

Un lien ADN établi avec une autre enquête. Selon une source judiciaire à franceinfo, il y a un "lien de travail" entre le double meurtre commis jeudi dans la Drôme et l'Ardèche et le meurtre d'une DRH dans le Haut-Rhin ainsi qu'une tentative d'homicide dans ce même département quelques jours auparavant.

 Le suspect n'était pas inscrit dans l'agence visée. Il a agi "comme s'il était inscrit à l'agence", en se dirigeant vers une borne et entrant en contact avec "un certain nombre d'agents", sans être agressif, a précisé le procureur de la République de Valence. "Au moment de sortir, il a sorti une arme et fait feu à une reprise sur cette agente de 53 ans."

 Le suspect est un ingénieur originaire de Meurthe-et-Moselle. Selon les informations de France Bleu Drôme Ardèche, il a été licencié il y a une dizaine d'années de l'entreprise Faun, où travaillait la DRH qui a succombé à ses blessures jeudi. Il y avait une quarantaine de salariés au moment où l'homme a ouvert le feu dans l'entreprise. Il a été interpellé sur le pont Mistral qui permet de relier Valence à Guilherand-Granges. Il était au volant de sa voiture et a percuté un véhicule de police. 

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #VALENCE

14h29 : Il est 14h30, voici un nouveau point sur l'actualité de la journée

Des rassemblements se tiennent aujourd'hui dans plusieurs villes pour protester contre la proposition de loi "sécurité globale", combattue depuis novembre par les défenseurs des libertés publiques et les syndicats de journalistes. A Paris, un cortège parti de Nation, se dirige vers la place de la République, où un rassemblement statique se tient depuis 13 heures.


Les magasins de plus de 400 m2 vont devoir restreindre leur nombre de clients, avec une jauge d’une personne pour 10 m2, a indiqué le ministère de l'Economie à France Télévisions. Les centres commerciaux non-alimentaires de plus de 20 000 m2 vont baisser le rideau dès ce soir. Suivez notre direct.

Gabriel F., ingénieur sans emploi de 45 ans, a été mis en examen pour "assassinats" dans l'enquête sur le double meurtre, commis jeudi dans la Drôme et l'Ardèche, d'une employée d'une agence Pôle emploi et de la DRH d'une entreprise dont il avait été licencié, a indiqué le parquet de Valence. Suivez notre direct.

Vingt départements sont toujours placés en vigilance orange pour des risques de crues et de vagues-submersion.

12h13 : A midi, voici un nouveau point sur l'actualité :

Gabriel F., ingénieur sans emploi de 45 ans, a été mis en examen pour "assassinats" dans l'enquête sur le double meurtre, commis jeudi dans la Drôme et l'Ardèche, d'une employée d'une agence Pôle emploi et de la DRH d'une entreprise dont il avait été licencié, a indiqué le parquet de Valence. Suivez notre direct.


Se donner "encore une chance d'éviter le confinement". Jean Castex a annoncé hier soir de nouvelles restrictions pour freiner la propagation de l'épidémie de Covid-19, dont la fermeture des frontières aux pays hors-UE. L'ensemble de ses annonces sont à retrouver dans notre article.

Des rassemblements sont prévus aujourd'hui dans plusieurs villes pour protester contre la proposition de loi "sécurité globale", combattue depuis novembre par les défenseurs des libertés publiques et les syndicats de journalistes. A Paris, le rendez-vous a été fixé à 13 heures, place de la République.

Vingt départements sont toujours placés en vigilance orange pour des risques de crues et de vagues-submersion.

12h08 : L'ingénieur, sans emploi, originaire de Meurthe-et-Moselle, a été mis en examen dans l'enquête sur le double meurtre, commis jeudi dans la Drôme et l'Ardèche, d'une employée d'une agence Pôle emploi et de la DRH d'une entreprise dont il avait été licencié. L'ADN du suspect a par ailleurs été retrouvé sur les lieux d'une tentative d'homicide dans le Haut-Rhin mardi. Suivez notre direct.

12h01 : Le suspect, Gabriel F., "a été présenté à un juge d'instruction et mis en examen pour assassinats", a indiqué à le procureur de la République de Valence, Alex Perrin. "Durant tout le temps de la garde à vue, [il] était mutique et refusait de répondre aux questions des enquêteurs", précise le procureur.

11h50 : Le suspect dans l'enquête sur le double meurtre perpétré dans la Drôme et en Ardèche a été mis en examen pour "assassinats", annonce le procureur de Valence.

10h03 : Commençons cette journée par un premier point sur l'actualité :

Lors d'une prise de parole inattendue à l'issue d'un conseil de défense, hier soir, Jean Castex a annoncé de nouvelles restrictions face à l'épidémie de Covid-19, dont la fermeture des frontières aux pays hors-UE. Le Premier ministre veut se donner "encore une chance d'éviter le confinement". L'ensemble de ses annonces sont à retrouver dans notre article.

L'enquête sur le double meurtre perpétré dans la Drôme et en Ardèche a fait le lien avec un autre meurtre et une agression survenus mardi contre une DRH dans le Haut-Rhin. La garde à vue du suspect, interpellé jeudi matin, a été prolongée jusqu'à ce matin. Suivez notre direct.

Des rassemblements sont prévus aujourd'hui dans plusieurs villes pour protester contre la proposition de loi "sécurité globale", combattue depuis novembre par les défenseurs des libertés publiques et les syndicats de journalistes.

Plusieurs milliers de personnes sont de nouveau descendues hier soir dans les rues de la capitale polonaise, Varsovie, pour crier leur colère, à la suite de l'entrée en vigueur d'un arrêt interdisant pratiquement l'avortement.