Cet article date de plus de quatre ans.

Reprise de Tati : l'offre de Gifi choisie par le tribunal de commerce de Bobigny

Gifi prévoit de reprendre 1 428 emplois directs sur les 1 700 actuels, et 109 magasins ainsi que 24 franchisés.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Enseigne du magasin Tati de Barbès à Paris, photographiée le 5 mai 2017.   (SERGE ATTAL / ONLY FRANCE / AFP)

Le tribunal de commerce de Bobigny a choisi l'offre du groupe GPG présidé par le fondateur des magasins Gifi pour reprendre les magasins Tati et les trois autres enseignes d'Agora distribution (propriété du groupe Eram), placé en redressement judiciaire début mai. La décision a été annoncée lundi 26 juin. Gifi prévoit de reprendre 1 428 emplois directs et 109 magasins ainsi que 24 franchisés.

"Cette offre va permettre de reprendre près de 85% de l'effectif ce qui était inespéré au moment de l'ouverture de la procédure de redressement judiciaire", a déclaré  l'avocat des salariés, Thomas Hollande à la presse à l'issue de l'audience. "Aujourd'hui, il y aura 260 licenciements, c'est bien sûr trop, mais ce que nous avons obtenu grâce à la mobilisation des salariés et des représentants du personnel, c'est un PSE à un niveau très élevé, inédit pour une société en redressement judiciaire", a-t-il ajouté.

Tati  le tribunal désigne Gifi comme repreneur

Les 260 salariés licenciés bénéficieront notamment, au-delà des mesures légales, d'un CSP qui permettra de maintenir leur rémunération à près de 95% pendant douze mois, d'indemnités supra-légales (en moyenne 10 000 euros par salarié), et d'un budget individuel d'accompagnement (8 000 euros).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Plans sociaux

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.