Cet article date de plus de trois ans.

Plombée par le Covid-19, la Société générale annonce la suppression nette de 640 postes en France

Des suppressions de postes sont aussi envisagées au sein des directions centrales, qui incluent entre autres les ressources humaines et la communication.

Article rédigé par franceinfo avec AFP et Reuters
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Une banque Société générale à Ouistreham, en Normandie, le 28 octobre 2019.  (SAMEER AL-DOUMY / AFP)

La Société générale annonce, lundi 9 novembre, la suppression nette de 640 postes en France, alors que le groupe bancaire doit faire face à un environnement compliqué par la crise du Covid-19. La banque précise qu'il n'y aura pas de départs contraints et que ces suppressions interviendront notamment au sein de sa banque de financement et d'investissement afin d'en améliorer la rentabilité.

Cette annonce, publiée dans un communiqué, intervient alors que le groupe avait prévenu en août qu'il entendait améliorer la rentabilité de ses activités de marché au travers d'une réduction de coûts d'environ 450 millions d'euros à l'horizon 2022-2023.

Des suppressions de postes sont aussi envisagées au sein des directions centrales, qui incluent entre autres les ressources humaines et la communication.

La banque de détail avait déjà été touchée  

La banque, qui compte quelque 138 000 collaborateurs dans le monde dont 40 000 en France, a déjà réduit la voilure ces dernières années, notamment en banque de détail pour répondre à l'évolution des usages de sa clientèle qui se rend moins dans une agence qu'auparavant.

A l'instar de ses concurrentes, elle souffre aussi de la persistance des taux bas et des effets de la crise sanitaire, qui affectent sa rentabilité.

Le groupe au logo rouge et noir a toutefois réussi à revenir dans le vert au troisième trimestre, affichant un bénéfice net de 862 millions d'euros. Cette publication contrastait avec un premier semestre très difficile, au cours duquel il a essuyé une perte nette de près de 1,6 milliard d'euros.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.