Cet article date de plus de deux ans.

Nord : le blocus des salariés d'Ascoval

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Nord : le blocus des salariés d'Ascoval
France 3
Article rédigé par
France Télévisions

Le personnel de la société Ascoval, située dans le Nord, a mené une action vendredi 26 octobre pour se faire entendre, alors qu'il est toujours dans l'attente d'un repreneur.

À Aulnoyes-Aimeries (Nord), les salariés d'Ascoval ont fait brûler des pneus pour bloquer le site de leur principal client, Vallourec, qui est aussi actionnaire de leur entreprise. Vallourec refuse de soutenir financièrement l'offre de reprise qui permettrait selon les salariés de sauver Ascoval. "On n'a plus rien à perdre, alors on va aller jusqu'au bout", prévient un salarié. Pour maintenir leurs 281 emplois, les salariés d'Ascoval empêchent les salariés de Vallourec, également du secteur de l'acier, d'aller au travail, et tentent de les rallier à leur cause.

Réponse le 7 novembre

Ascoval, en situation de redressement judiciaire, ne dispose plus que d'une dizaine de jours pour trouver un repreneur, ou ce sera la fermeture. Un dossier sensible que le gouvernement suit de près. Vendredi 26 octobre, Agnès Pannier-Runacher, la secrétaire d'État à l'Économie, s'est entretenue avec l'actionnaire et le potentiel repreneur. Rien ne garantit que l'offre de reprise soit viable pour l'instant, prévient-elle. "C'est un projet que l'ont doit examiner pour être sûr que la solution est pérenne", explique Agnès Pannier-Runacher. Le sort des salariés devrait être tranché le 7 novembre par le tribunal de Strasbourg (Bas-Rhin).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Plans sociaux

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.