Mim en liquidation judiciaire : 791 emplois vont être supprimés

Hier, mercredi 26 avril, le tribunal de commerce de Bobigny (Seine-Saint-Denis) a décidé la liquidation et l'arrêt d'activité quasi immédiat de l'enseigne de vêtements Mim. Près de 800 emplois vont être supprimés.  

France 3
Le rideau ferme définitivement. Le tribunal de Bobigny (Seine-Saint-Denis) a décidé la liquidation judiciaire de Mim, une enseigne de vêtements à bas prix. Du jour au lendemain, plus aucun client ne peut rentrer. Ces salariés doivent faire les cartons. Pour tous, c'est une épreuve. "On avait quand même l'espoir et là tout s'est arrêté immédiatement donc c'était un choc", confie une salariée. 

Les erreurs de gestion de l'actionnaire mises en cause

Au total, 162 boutiques comme celles-ci ont fermé leurs portes. 791 personnes vont perdre leur emploi. Sur les 233 magasins du groupe, seuls 71 sont donc sauvés, rachetés par un tandem d'enseignes de l'habillement, Etam et la marque suisse Tally Weijl. Difficile pour les boutiques qui ferment. Syndicats et salariés estiment qu'ils paient les erreurs de gestion de l'actionnaire, un géant du textile chinois qui a fait grimper les prix. 
Le JT
Les autres sujets du JT
Hier, mercredi 26 avril, le tribunal de commerce de Bobigny (Seine-Saint-Denis) a décidé la liquidation et l\'arrêt d\'activité quasi immédiat de l\'enseigne de vêtements Mim. Près de 800 emplois vont être supprimés.  
Hier, mercredi 26 avril, le tribunal de commerce de Bobigny (Seine-Saint-Denis) a décidé la liquidation et l'arrêt d'activité quasi immédiat de l'enseigne de vêtements Mim. Près de 800 emplois vont être supprimés.   (France 3)