Le fabricant de tubes Vallourec va supprimer plus d'un millier de postes, dont 350 en France

L'entreprise, qui fait face à une baisse d'activité, va notamment fermer ses installations de traitement thermique de Déville-lès-Rouen, en Seine-Maritime.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un site de l'entreprise Vallourec, à Saint-Saulve (Nord), le 30 avril 2015. (FRANCOIS LO PRESTI / AFP)

Le fabricant de tubes sans soudure Vallourec a annoncé, mercredi 18 novembre, la suppression d'un total d'environ 1 050 postes pour "renforcer la compétitivité" du groupe dans un contexte de baisse d'activité.

Cette décision concerne 350 postes en France, dans des unités de production et des fonctions support. Elle inclut la fermeture de ses installations de traitement thermique situées à Déville-lès-Rouen (Seine-Maritime).

"Nous ne pouvons pas garantir à ce stade qu'il n'y aura pas du tout de départs contraints, mais nous ferons le maximum pour les limiter par des mesures d'âge, de reclassement et de formation", a indiqué le président du directoire, Edouard Guinotte, dans un entretien aux Echos (article pour les abonnés). 

200 postes supprimés en Allemagne, 500 au Brésil

Vallourec projette aussi 200 nouvelles suppressions de postes en Allemagne sur la période 2021-2022, avec également un recours "intensif" au chômage partiel et la mise en place d'une réduction du temps de travail. Par ailleurs, 500 autres suppressions cette année dans des fonctions support au Brésil ont été annoncées.

Le chiffre d'affaires du groupe a chuté d'un tiers au troisième trimestre, à 716 millions d'euros, a précisé l'entreprise dans un communiqué. Sur le trimestre écoulé, Vallourec a principalement pâti de la très forte baisse de la demande sur le marché du pétrole et du gaz, en lien avec la pandémie de Covid-19. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.