Cet article date de plus de neuf ans.

Le détail des 1.900 suppressions de postes chez PSA en France connu

Les détails du plan de restructuration chez PSA sont maintenant connus. Le groupe va supprimer 1.900 emplois notamment sur ses sites de Sochaux, Aulnay et Rennes. Un rassemblement est prévu à Aulnay, une lettre sera également envoyée à Nicolas Sarkozy et François Hollande.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Vincent Kessler Reuters)

Si l’on connaissait les grandes lignes du plan de
restructuration du groupe PSA, il restait toutefois à savoir comment seraient
réparties les suppressions de postes. Dans un document que s’est procuré France
Info, il apparaît que 1.019 postes seront supprimés sur les différents sites de
production. Le site de Sochaux sera concerné par le départ de 223 salariés,
celui d’Aulnay en Seine-Saint-Denis verra disparaître 140 emplois. Le site de
Mulhouse perdra 110 postes, et celui de Poissy 80.  Concernant la recherche et le développement, ce
sont au total 495 suppressions qui sont annoncées.  139 concernent Vélizy, 124 Sochaux, 79 Rennes
et 56 Aulnay. Enfin, PSA annonce une réduction de ses effectifs dans les
directions de Paris et Poissy. 400 postes sont ainsi condamnés.

Une lettre pour le président de la République et pour le
candidat socialiste François Hollande

Les syndicats ont décidé de réagir rapidement après ces
annonces faites lors d’un comité central d’entreprise au siège de PSA. Des
réunions sont annoncées ainsi que des rassemblements. Une lettre sera également
envoyée à Nicolas Sarkozy et François Hollande. Dans ce courrier, il est demandé la tenue d’une
réunion tripartite Etat, PSA et syndicats.

Les syndicats sont également inquiets pour la survie du site
d’Aulnay. Ils demandent des engagements précis de la direction quant à l’avenir
et ce malgré la promesse du groupe PSA de maintenir une activité sur ce site.
La voiture C3 devrait ainsi être produite dans cette usine jusqu’en 2014. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.