Cet article date de plus de sept ans.

La direction de PSA voudrait ne faire tourner Aulnay qu'à mi-temps

Face à un marché automobile en chute libre, selon la direction, PSA envisage de faire tourner son usine d'Aulnay à mi-temps. Cette mesure, qui serait mise en place pour quatre semaine en avril, mettrait les équipes du matin et du soir au chômage technique une semaine sur deux.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Nathanaël Charbonnier Radio France)

La direction de PSA a présenté son
projet aux syndicats vendredi matin. Il s'agit d'une mesure*" qui n'est pas
définitive " , selon un porte-parole du groupe. Durant quatre semaines à
compter du 8 avril, l'usine ne tournerait que le matin avec, en alternance,
l'équipe du matin et l'équipe du soir. Ce qui mettrait les 3.000 ouvriers du
site au chômage technique, mais seulement une semaine sur deux.
Pour les salariés, cela se
traduirait par une
" perte de salaire de 10 à 15 %",* selon
une déléguée SIA, premier syndicat de l'usine.

" Ils disent qu'il n'y a pas
de demande
" , explique un autre syndicaliste, délégué CFTC. La
direction vise en effet une capacité de production de 250 Citroën C3 par jour,
alors que l'usine a sorti jusqu'à 700 voitures par jour.

Un plan de fermeture validé mais pas encore signé

Depuis qu'une grève, lancée mi-janvier, perturbe fortement l'usine, une partie
de la production des C3 a été transférée à Poissy (Yvelines), où l'usine est
montée en cadence. Selon la direction de PSA, les ouvriers y travaillent le samedi
" pour faire le rattrapage de ce qui n'a pas été fait à Aulnay en
janvier, février et mars",
explique une porte-parole de la direction. Du coup, à Aulnay, " il reste le travail d'une seule équipe en
fait
" , justifie-t-elle.

L'usine PSA d'Aulnay est promise à
la fermeture à l'horizon 2014, dans le cadre d'un vaste plan de
restructuration. Un plan validé par une majorité de syndicats mais qui doit
encore être signé.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.