Industrie : l'aciérie Ascoval bientôt délocalisée en Allemagne ?

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Article rédigé par
J. Wittenberg, A. Lépinay, D. Fuchs - France 3
France Télévisions

La hausse du prix de l'électricité en France est la raison invoquée par les nouveaux actionnaires d'Ascoval pour justifier un possible transfert de 40% de la production vers l'Allemagne. Outre-Rhin, les usines fonctionnent au charbon, une énergie moins chère. 

Les rails fabriqués dans l'usine Ascoval, à Saint-Saulve (Nord), sont constitués d'acier chauffé grâce à l'énergie électrique décarbonée. Un procédé propre, mais qui coûte aujourd'hui trop cher. Voilà pourquoi cette aciérie projette de délocaliser 40% de sa production en Allemagne, pour produire des barres d'acier dans un haut fourneau traditionnel, alimenté au charbon. Mais cette énergie moins chère est aussi beaucoup plus polluante.

Un carnet de commandes bien rempli

La colère des syndicats, qui ont appris la nouvelle mardi 16 novembre, est vive. "Quand on nous dit qu'il faut respecter l'environnement, il y a le réchauffement climatique, il faut produire plus proprement... Et que derrière, on fait l'inverse, le monde ne tourne vraiment pas rond", déplore Nassim Bardi, délégué CGT. L'amertume est d'autant plus forte qu'Ascoval se porte plutôt bien, avec un carnet de commandes bien rempli, son acier étant destiné à la fabrication de rails, notamment pour la SNCF. Reprise par le groupe allemand Saarstahl, l'entreprise a bénéficié d'aides de la région, et surtout de l'État. La décision définitive ne sera prise que le 29 novembre. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.