Ford va verser les 20 millions d'euros réclamés par Bruno Le Maire, après la fermeture de l'usine de Blanquefort en Gironde

L'administration a donné son feu vert mardi au Plan de sauvegarde de l'emploi. L'usine doit fermer en août prochain.

Les salariés de l\'usine de Ford à Blanquefort continuent de protester contre la fermeture de leur usine prévue en août prochain.
Les salariés de l'usine de Ford à Blanquefort continuent de protester contre la fermeture de leur usine prévue en août prochain. (BONNAUD GUILLAUME / MAXPPP)

Ford va verser 20 millions d’euros pour réindustrialiser le site de Blanquefort, a appris franceinfo auprès de Bercy mardi 5 mars, confirmant une information du journal Le Parisien. Il s'agit de la somme qui avait été réclamée dimanche 3 mars par le ministre de l’Economie Bruno Le Maire. L'usine de Blanquefort, près de Bordeaux, en Gironde doit être fermée fin août.

"Il n'est pas dit que Ford accepte cette négociation"

Cette annonce ne "soulage pas du tout" Jean-Michel Caille, délégué syndical CFE-CGC de l'usine. "Il n'est pas dit que Ford accepte cette négociation", ajoute-t-il. "Quand on parle d'une demande de 20 millions pour réindustrialiser le site, il faut savoir que ce sont encore des négociations en cours entre l'État et Ford. En aucune manière, aujourd'hui, on a eu l'accord de Ford pour dédommager ces 20 millions pour une réindustrialisation", affirme le délégué syndical. Jean-Michel Caille ne croit pas au versement de cette somme. "À chaque fois qu'on a demandé des choses à Ford on est toujours tombés sur un refus. Donc, il n'est pas dit que Ford accepte cette négociation", prévient-il.

L'administration donne son feu vert au PSE

Cette annonce intervient alors que le Plan de sauvegarde de l'emploi (PSE), qui entérine la fermeture de l'usine de 850 salariés, a obtenu mardi 5 mars le feu vert de l'administration. Dans un communiqué, Ford-France s'est réjoui de l'homologation du PSE par la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi (Direccte). Le constructeur a salué une "étape importante", qui permet de "lever une partie des incertitudes qui pesaient sur nos employés quant à leur avenir". Quant à la CGT, mécontente, elle a indiqué que le PSE n'avait "aucun fondement, aucune justification économique (…) Nous allons attaquer en justice pour faire invalider ce PSE", a précisé la centrale.

Ford avait annoncé en février 2018 son intention de se désengager de Blanquefort, usine implantée en 1972, qui a employé jusqu'à 3 600 salariés. La fermeture prochaine de l'usine devrait avoir des conséquences importantes sur l'emploi dans le département de la Gironde, selon les syndicats, qui évoquent 2 000 emplois induits.