Ford : Bruno Le Maire dénonce une trahison

La direction du constructeur automobile Ford refuse l'offre de reprise du Belge Punch. Une énorme déception pour les ouvriers. Le ministre de l'Économie a dénoncé une trahison du groupe américain.

FRANCE 2

Un ouvrier syndical est en pleurs. Il ne sait comment annoncer la nouvelle aux autres salariés de Ford. La firme américaine vient de refuser l'offre de reprise de l'équipementier belge Punch. Sans repreneur, l'usine de Blanquefort (Gironde) qui produit des boites de vitesse et qui emploie 150 personnes devra fermer. Les ouvriers sont déçus et en colère.

"Je suis écœuré par cette décision"

Dans un communiqué, Ford estime que son plan de sauvegarde de l'emploi est plus favorable que l'offre de reprise de Punch. Il est aussi précisé : "L'arrêt de production sur le site est prévu fin août 2019". Un camouflet pour le gouvernement français, très investi sur le dossier Ford. Jeudi 13 décembre après-midi, le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, a fait part de toute son indignation. "Je suis révolté. Je suis écœuré par cette décision qui ne se justifie que par la volonté de Ford de faire monter son cours de bourse", a-t-il déclaré.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le ministre de l\'Economie, Bruno Le Maire, le 6 décembre 2018 à Paris.
Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, le 6 décembre 2018 à Paris. (ERIC PIERMONT / AFP)