Cet article date de plus de neuf ans.

Redémarrage de Florange : ce que Sarkozy n'a pas dit

ArcelorMittal doit investir 17 millions d'euros dans le site menacé de Florange (Moselle). Mais cette annonce faite par le président-candidat suscite des réserves des syndicats et de la gauche.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Le haut-fourneau P6 de Florange (Moselle), à l'arrêt depuis le 4 octobre 2011. (CAROL AMAR / LE PARISIEN / MAXPPP)

"ArcelorMittal va investir, à la demande de l'Etat français, 17 millions d'euros à Florange", a annoncé Nicolas Sarkozy jeudi 1er mars. Invité de France Inter, le président-candidat UMP annonce que cette enveloppe va servir à redémarrer le deuxième haut-fourneau du site menacé de Florange (Moselle) et à développer de nouvelles installations et produits. Une annonce accueillie avec réserve par un des responsables syndicaux du site, comme par le député socialiste local. Pour le PS, "cet argent correspond à des sommes déjà prévues, et sur des parties non menacées du site". 

Francetv info

Le groupe sidérurgique ArcelorMittal emploie 2 667 personnes à Florange, dont environ 500 pour le haut-fourneau qui fait l'objet depuis plusieurs mois d'un arrêt temporaire, au motif d'une demande en acier insuffisante. Les salariés craignent que cela ne se transforme en arrêt définitif. ArcelorMittal a en effet décidé récemment la fermeture définitive de hauts-fourneaux à Liège (Belgique) et Madrid (Espagne).

Qu'a promis Nicolas Sarkozy ? Pourquoi les syndicats et l'opposition sont si réservés ? Explications.

• Redémarrage du deuxième haut-fourneau grâce à deux millions d'euros

L'annonce "A la demande de l'Etat français, ArcelorMittal va investir maintenant 17 millions d'euros à Florange (...) et le deuxième haut-fourneau repartira au deuxième semestre", a déclaré Nicolas SarkozySur cette enveloppe, deux millions doivent permettre de "réaliser les travaux" sur le deuxième haut-fourneau du site. "Si on ne fait pas les travaux sur le haut-fourneau de Florange, il ne pourra pas repartir."

Les réserves ArcelorMittal confirme que deux millions d'euros serviront à "des travaux de maintenance afin de permettre un redémarrage" au second semestre du deuxième haut-fourneau de Florange, mais il y met une condition : "La perspective d'une reprise économique." En clair, si la reprise n'est pas constatée, le deuxième haut-fourneau restera à l'arrêt. Mais quelques heures après l'annonce, Nicolas Sarkozy, en déplacement de campagne dans les Pyrénées-Atlantiques, a pourtant affirmé que "les 17 millions d'euros sont versés absolument sans aucune conditions (…) et seront investis à Florange, quelle que soit par ailleurs la reprise ou pas la reprise".

Par ailleurs, selon le député (PS) de Moselle Michel Liebgott, élu dans la circonscription de Florange, ces deux millions "ont déjà été négociés par l'Etat en compensation du chômage partiel qu'il paye depuis le début de l'année". De son côté, Edouard Martin, un des responsables syndicaux (CFDT) du site, a lui aussi souligné que ces deux millions d'euros étaient "déjà prévus".

• Investissements pour la cokerie et le marché automobile

L'annonce En plus des deux millions d'euros destinés au deuxième haut-fourneau, "sept millions d'euros vont être investis dans un nouveau gazomètre pour la cokerie à Florange et huit millions d'euros seront investis afin de développer de nouveaux produits à Florange, destinés, sans rentrer dans les détails, au marché de l'automobile", a indiqué Nicolas Sarkozy.

Les réserves L'enveloppe de 8 millions destinée au développement de produits pour le "marché de l'automobile" vise un "secteur qui n'a jamais été menacé", selon le député Michel Liebgott, également président du groupe d'études Sidérurgie et fonderie à l'Assemblée nationale. Ces huit millions d'euros concernent "la filière froide, c’est-à-dire là encore une entité séparée des hauts-fourneaux, qui est d’ailleurs alimentée actuellement par de l’acier venu de Dunkerque. Et ces sommes étaient également prévues depuis plusieurs mois pour le projet Usibor [un acier allégé haut de gamme]", insiste l'équipe de campagne de François Hollande.

Concernant les sept millions destinés à la cokerie, l'équipe du candidat PS à la présidentielle estime que "cela n’alimente pas forcément les hauts-fourneaux de Florange. La cokerie tourne encore actuellement alors que les hauts-fourneaux sont à l’arrêt."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.