Cet article date de plus de huit ans.

ArcelorMittal : l'usine de Basse-Indre craint un transfert vers Florange

Risque-t-on de mettre en péril d'autres sites d'ArcelorMittal en France pour sauver les emplois de Florange ? C'est la crainte de plusieurs syndicats. En Loire-Atlantique, le site de Basse-Indre pourrait perdre une partie de ses activités, qui seraient transférées vers Florange.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Vincent Kessler Reuters)

Le Directeur général d'ArcelorMittal
Atlantique-Lorraine était en visite à Basse-Indre lundi après-midi. Lors de
cette visite, il a fait une annonce surprise aux organisations syndicales : la
mise en sommeil, à partir de mai 2013, de deux outils industriels. Le laminage
à cinq cages et le décapage seront désormais réalisées sur le site de... Florange.

Même si cette décision n'a pas de
conséquence directe pour l'emploi, les syndicats s'inquiètent pour l'avenir à
moyen terme. Ne va-t-on pas déshabiller leur site pour habiller Florange ? Basse-Indre est pourtant le site le plus rentable d'Arcelor en
Europe. La direction répond qu'il n'y aura aucun licenciement. Pour compenser, elle envisage de renforcer une activité de traitement de l'acier : l'étamage.

Jean-Marc Ayrault soupçonné de
favoritisme dans le dossier ArcelorMittal ?

Alors que la presse
évoque un "accord secret" entre Matignon et ArcelorMittal, Jean-Marc
Ayrault affirme qu'"au titre des engagements pris par ArcelorMittal figure
celui de maintenir l'ensemble de ses centres industriels en France, notamment
Dunkerque, Fos et Basse-Indre"
.

L'UMP est montée au créneau pour
demander des explications. Jean-Marc Ayrault a nié tout marchandage et affirmé
dans un communiqué qu'"aucun des sites n'avait été privilégié par rapport
à Florange"
.

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Florange

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.