Fin du conflit à Virgin, les revendications des salariés satisfaites

Les salariés ont obtenu que l'enveloppe consacrée au plan de sauvegarde de l'emploi soit portée de 8 à 15 millions d'euros.

Des salariés occupent le magasin Virgin des Champs-Elysées, à Paris, le 17 juin 2013.
Des salariés occupent le magasin Virgin des Champs-Elysées, à Paris, le 17 juin 2013. (FRANCOIS GUILLOT / AFP)

Les magasins Virgin ne rouvriront pas, mais les revendications financières des salariés vont être satisfaites. Un accord de "fin de conflit" a été signé, jeudi 20 juin, entre les organisations syndicales et le mandataire judiciaire, annoncent les syndicats de l'enseigne culturelle placée lundi en liquidation judiciaire.

Les salariés ont obtenu, comme ils le demandaient, que l'enveloppe consacrée au plan de sauvegarde de l'emploi, qui bénéficiera à un millier de personnes, soit portée de 8 à 15 millions d'euros. Sur ces 15 millions, "2,5 millions seront versés par l'actionnaire d'origine de l'enseigne Butler Capital Partners et le reste sera pris sur les fonds disponibles dans l'entreprise", a indiqué à l'AFP Karl Ghazi, délégué CGT.

"L'occupation de huit magasins par les salariés de Virgin pendant dix jours a clairement été la clef de la résolution de ce conflit, qui a marqué les cinq derniers mois de l'aventure Virgin", indique le communiqué commun des syndicats (CFTC, CFE-CGC, CGT, FO et Sud). "Dans les heures qui viennent, les salariés vont quitter les magasins qu'ils occupent", précise le communiqué, avant la réunion lundi d'un comité d'entreprise portant sur le plan social qui concerne les 960 salariés de l'enseigne et la quarantaine de salariés des filiales.