Cet article date de plus de sept ans.

FagorBrandt : la justice espagnole donne son feu vert à Cevital

Le tribunal de Saint-Sébastien autorise le groupe algérien à racheter les marques de FagorBrandt. Une décision qui rend possible la reprise du fabricant français.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'usine FagorBrandt de Saint-Jean-de-la-Ruelle (Loiret), le 19 décembre 2013. (GUILLAUME SOUVANT / AFP)

C'est une bonne nouvelle pour les salariés de FagorBrandt. Le tribunal de commerce espagnol de Saint-Sébastien (Espagne) a donné, vendredi 11 avril, son feu vert au groupe algérien Cevital pour le rachat des marques du fabricant français pour 25 millions d'euros. Cette décision ouvre la voie à la reprise de l'entreprise, menacée de liquidation.

Cette annonce est tombée à quelques heures de l'audience cruciale prévue en France, au tribunal de commerce de Nanterre (Hauts-de-Seine), pour examiner les offres de reprise de FagorBrandt. L'ex-numéro un français de l'électroménager, en redressement judiciaire depuis novembre, emploie 1 800 salariés en France.

Cevital propose de garder 1 200 salariés

Depuis près de trois mois, le plan de reprise déposé par Cevital était suspendu à un accord de rachat des marques (Brandt, Vedette, Sauter, De Dietrich…) détenues par une autre filiale du groupe espagnol Fagor. Le groupe algérien propose de garder deux des quatre usines et 1 200 salariés.

"C'est une décision orale, on attend d'avoir l'écrit. C'est une excellente nouvelle, qui ouvre la voie à une levée de la condition suspensive à la reprise posée par Cevital et un immense soulagement pour l'ensemble des salariés", a réagi Christian Legay, délégué CFE-CGC.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Plans sociaux

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.