Etes-vous choqué par la garde à vue des salariés d'Air France ?

La garde à vue de cinq salariés a été prolongée mardi, pour permettre la poursuite des investigations dans l'enquête sur les violences qui ont émaillé le comité central d'entreprise de la compagnie.

Manifestation de soutien  du personnel aux les salariés en garde à vue à Roissy le 12 octobre 2015.
Manifestation de soutien  du personnel aux les salariés en garde à vue à Roissy le 12 octobre 2015. (DOMINIQUE FAGET / AFP)
Les cinq salariés suspectés d'avoir exercé des violences sur des vigiles et deux DRH lors du comité central d'entreprise, le 5 octobre, vont rester dans les locaux de la police aux frontières de Roissy. La garde à vue est prolongée pour permettre de poursuivre les investigations.

Âgés de 35 à 48 ans, quatre d'entre eux sont employés à la branche cargo, et certains auraient un mandat syndical. Leur interpellation, lundi au petit matin, à leur domicile a soulevé un mouvement de colère. Salariés, syndicalistes d'Air France, mais aussi une partie de la gauche sont scandalisés : Pierre Laurent pour le PCF, Jean-Luc Mélenchon pour le Front de gauche, ou le socialiste Julien Dray, qui estime "que l'on aurait pu passer par une convocation" plutôt que par une arrestation. A droite, François Fillon justifie au contraire le coup de filet de la police.

Dans L'Express, un avocat spécialiste des conflits sociaux précise que les suspects encourent des amendes et cinq ans d'emprisonnement, mais pas ferme, les violences commises n'ayant pas entraîné plus de huit jours d'incapacité temporaire de travail (ITT). Au niveau disciplinaire, les salariés risquent des sanctions allant de la mise à pied au licenciement.

Interrogée mardi sur France 2, la ministre du Travail, Myriam El Khomri, a demandé "à Air France de faire preuve de transparence dans son dialogue social, et aux parties en présence de passer de l'affrontement à la négociation".

Votez, réagissez, commentez sur le site.

Etes-vous choqué par la garde à vue des salariés d'Air France ?
Partager ce sondage :
Toutes les questionsEn partenariat avecfranceinfo