Économie : à la rencontre des entreprises en difficultés

France 3 est partie à la rencontre de plusieurs entreprises en difficultés, comme GM&S, dans la Creuse.

FRANCE 3

Grâce aux nouvelles commandes des constructeurs, ils ont pour l'instant évité la liquidation judiciaire. Un sursis grâce à l'appui du gouvernement et avec la manière forte : une usine piégée et six mois de lutte sociale très médiatisée. Résultat : les syndicalistes de GM&S ont été les premiers reçus par le ministre de l'Économie : Bruno Le Maire. Les premiers aussi, à avoir droit à ses remontrances. "Je dirais que les 10 premières minutes, on a pris une petite leçon de morale", explique Catherine Baly, de la CGT Creuse.

Un projet de SCOP chez Mim

Soutenus, mais pas convaincus, les salariés de GM&S. A l'usine, peu ont voté pour le candidat Macron à la présidentielle. Le récent coup de pouce ne change pas grand-chose.

Élections législatives ou pas, eux n'ont eu aucun contact avec le nouveau gouvernement. Aujourd'hui, ces ex-salariés du groupe Mim sont en liquidation judiciaire. Mim, c'était près de 800 salariés et 160 magasins de prêt-à-porter, désormais fermés. Pour ne pas définitivement baisser le rideau, ces anciens collègues veulent reprendre leur entreprise, avec un projet de SCOP pour lequel ils espèrent le soutien du nouveau gouvernement.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des employés, au chômage technique, devant l\'usine GM&S, le 22 mai 2017. 
Des employés, au chômage technique, devant l'usine GM&S, le 22 mai 2017.  (PASCAL LACHENAUD / AFP)