Creuse : les salariés de GM&S ne décolèrent pas

Les salariés de l'équipementier automobile GM&S, deuxième employeur de la Creuse, luttent pour la survie de leurs emplois à La Souterraine. À cette fin, ils menacent de faire exploser leur usine et l'occupent depuis jeudi 11 mai.

Cette vidéo n'est plus disponible

Ils sont calmes, parce que sonnés. Mais les ouvriers de GM&S sont toujours aussi déterminés. Ils ont piégé leur usine avec des bonbonnes de gaz et ils l'occupent depuis jeudi 11 mai.
 
PSA et Renault doivent absolument relancer leurs commandes. Sinon, ils ne retrouveront pas de repreneur. Alors, ils s'en remettent au nouveau président de la République. "J'espère qu'il va venir rapidement et qu'on va se mettre autour de la table", explique Yann Augras, représentant CGT de l'usine de La Souterraine (Creuse).

La solidarité s'organise


Un autre équipementier, GMD, est sur les rangs pour reprendre l'entreprise. Mais aujourd'hui, les salariés doutent de ses intentions. "S'il jette l'éponge, c'est que ce n'était pas le bon. Nous, ce qu'on demande, c'est de se mettre autour de la table avec les constructeurs, de mettre le chiffre d'affaires qui va bien pour attirer un nouveau repreneur ou des nouveaux repreneurs", dit pour sa part Patrick Brun, délégué syndical CGT.
 
Alors, la solidarité s'organise. Un prêtre ouvrier est venu leur apporter un chèque de 200 euros collectés vendredi 12 mai après-midi. Ils doivent tenir : l'usine est le deuxième employeur de la Creuse.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des employés du sous-traitant automobile GM&S, à La Souterraine (Creuse), devant l\'entrée de leur usine, le 11 mai 2017.
Des employés du sous-traitant automobile GM&S, à La Souterraine (Creuse), devant l'entrée de leur usine, le 11 mai 2017. (PASCAL LACHENAUD / AFP)