Bas-Rhin : l'usine Knorr de Duppigheim va définitivement fermer ses portes

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Bas-Rhin : l'usine Knorr de Duppigheim va définitivement fermer ses portes
FRANCE 3
Article rédigé par
C. Rothea, A. Rapp, L. Grandadam - France 3
France Télévisions

L'activité de l'usine Knorr de Duppigheim (Bas-Rhin) devrait être délocalisée en Roumanie et en Pologne. Les 261 salariés, qui espéraient une reprise, vont perdre leur emploi.

Le sort de l'usine Knorr de Duppigheim (Bas-Rhin) est définitivement scellé. Elle fermera ses portes fin septembre. Une décision justifiée par le groupe Unilever par une baisse de 18% des ventes de soupes industrielles en cinq ans. La production sera transférée à un sous-traitant breton, ainsi qu'à deux usines en Roumanie et en Pologne, laissant 261 salariés sur le côté. C'est le cas de Bernadette Baumgart, rentrée à l'usine à l'âge de 17 ans. "On a fait beaucoup de choses dans cette usine, on a beaucoup aidé à la relever et quand on nous sollicitait, on était toujours là. Quand on a tout donné dans cette usine, c'est sentimental, j'aimais beaucoup mon travail", confie-t-elle, très émue.

Un accord signé par trois syndicats sur cinq

Depuis fin mars et l'annonce de la fermeture, tous les salariés s'étaient mobilisés, d'abord pour trouver un repreneur, puis pour de meilleures indemnités de départ. Finalement, l'accord signé par trois syndicats sur cinq prévoit pour chaque employé six mois de salaires bruts, et 2 000 euros par année d'ancienneté. C'est plus que prévu, mais les négociations laissent un goût amer parmi les salariés. Unilever propose 70 reclassements dans d'autres usines du groupe, mais peu d'entre eux envisagent de quitter la région. L'usine continuera de tourner jusqu'à la fin, mais au ralenti : cette année, elle n'était plus qu'à 40% de sa capacité.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Plans sociaux

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.