Cet article date de plus de sept ans.

Alcatel-Lucent : la majorité des postes supprimés sont en Essonne

Sur les 881 postes français supprimés chez Alcatel-Lucent en 2014, 509 concernent le site de l'Essonne, en Ile-de-France et 128 en Loire-Atlantique. Des chiffres dévoilés par la CFDT ce jeudi.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Maxppp)

La direction de l'équipementier
télécoms Alcatel-Lucent a précisé ce jeudi quels sites seraient impactés par
les suppressions de postes annoncés début octobre
. Le groupe prévoit de supprimer 10.000 emplois dans le
monde dont 881 en France en 2014. Selon la CFDT, c'est le site de Nozay en Essonne
qui sera le plus touché, avec la destruction de 509 postes. Pour l'instant,
3.277 personnes y travaillent. Au siège à Paris, 37 emplois vont également disparaître.

Par ailleurs, 128 postes
(sur 483) seraient supprimés à Orvault (Loire-Atlantique), 62 à
Rennes, 61 à Ormes (Loiret), 56 à Lannion et 28 à Toulouse. Alcatel veut recentrer ses activités de Villarceaux en
Essonne et de Lannion, dans les Côtes d'Armor.

A LIRE ►►► Un
millier de salariés d'Alcatel contre le plan social

A ces suppressions s'ajoutent des redéploiements
internes et externes (cessions de sites, mobilités internes...). Ils pourraient
concerner plus de personnel que prévu. "C'est pire que ce à quoi on s'attendait.
A l'heure actuelle, ce ne sont pas 1.800 mais 2.052 emplois qui sont menacés
",
a déclaré à l'AFP Pascal Guihéneuf, délégué syndical central CFDT. "C'est
très fort en termes de suppressions ou de transformations de postes
", a
commenté de son côté Stéphane Dubled, délégué syndical central CGT, en
regrettant que la direction ait "l'air figée " sur ses propositions.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.