Airbus : des salariés et des sous-traitants inquiets

Le plan de restructuration chez Airbus prévoit la suppression de 5 000 postes rien qu’en France. Toute la chaîne des sous-traitants s’interroge sur son avenir.

France 3

Le réveil a été difficile sur le site de Blagnac (Haute-Garonne) d’Airbus, mercredi 1er juillet. Aux côtés des salariés de l’avionneur, les sous-traitants s'inquiètent. "On est les premiers à être touchés. Si Airbus ne va pas bien, prestataires que nous sommes, nous sommes les premiers impactés", explique l’un d’eux. Au total, 15 000 suppressions de postes en Europe ont été annoncées, dont 5 000 en France.

Éviter les licenciements contraints

Si les contours du plan sont encore flous, les syndicats jugent inacceptable la menace de licenciements contraints. "On parle encore, pour le moment, de dispositifs avec des mesures contraignantes", commente Françoise Vallin, déléguée du syndicat CFE-CGC chez Airbus. L’avionneur a déjà bénéficié du chômage partiel pendant la crise, il profitera également du plan de recherche du futur et du nouveau dispositif de chômage partiel de longue durée. La direction d’Airbus devrait préciser son plan jeudi. Le gouvernement espère ainsi éviter la suppression de 2 000 postes.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un Airbus A320 à Blagnac (Haute-Garonne), où se trouve le siège d\'Airbus en France, le 29 juin 2020.
Un Airbus A320 à Blagnac (Haute-Garonne), où se trouve le siège d'Airbus en France, le 29 juin 2020. (REMY GABALDA / AFP)